samedi 25 mai 2024
Accueil » Javier Parisi : Je ne suis pas un fou qui se prend pour Lennon à toute heure du jour

Javier Parisi : Je ne suis pas un fou qui se prend pour Lennon à toute heure du jour

par María Fernanda González

Javier Parisi, un musicien argentin, a développé une passion pour les Beatles à l’âge de huit ans. À l’âge de 20 ans, il a formé un groupe hommage au célèbre groupe britannique, devenant l’un des plus grands imitateurs de John Lennon dans le monde. Grâce à une alliance avec le groupe sevillan Los Escarabajos, qui célèbre ses 30 ans en rendant hommage aux Beatles, Parisi se produira demain à la Long Rock de Córdoba.

Il est né la même année que la mort tragique de l’icône John Lennon. Croyez-vous en la coincidence ? Pour moi, les coïncidences n’existent pas, je crois que tout arrive pour une raison. Je n’ai pas d’explication à cela, d’ailleurs ma mère a le même nom que celle de Lennon, ce sont des choses qui arrivent dans la vie. Lorsque j’ai commencé à aimer les Beatles à huit ans, je ne savais pas ce qui allait se passer dans ma vie à l’avenir.

Pourquoi son personnage vous a-t-il séduit et pas un autre membre du fameux quatuor ? Son personnage m’a toujours attiré par sa façon de jouer de la guitare, de chanter, en plus d’être le plus révolutionnaire de tous. J’ai demandé des informations à mon frère sur le groupe et il m’a dit que c’était le seul membre à avoir été tué jusqu’alors, et cela m’a beaucoup attristé car je pensais que je ne le connaîtrais jamais et plus il est devenu grand en moi.

Votre vie a-t-elle beaucoup changé depuis que vous êtes considéré comme le double de John Lennon ? Ce qui a changé, c’est surtout l’impact et la reconnaissance, avant j’étais connu dans un petit endroit, maintenant mon nom est reconnu dans plusieurs parties du monde. Mais ma vie et mes valeurs restent les mêmes.

Êtes-vous toujours Lennon lorsque vous redescendez de scène ou vous enlevez votre costume ? Tout se termine lorsque je descends de scène et que je prends une dernière photo avec le public. Les maniérismes et tout ce qui a trait à la composition du personnage reste sur la scène. C’est la façon dont je protège ma psychologie et aussi le personnage. C’était un conseil de ma famille et de mes amis. Je ne suis pas fou et je ne prétends pas être Lennon 24 heures sur 24, c’est un processus artistique dans lequel je me prépare à incarner ce personnage dans un film, un documentaire ou sur scène. J’ai très bien conscience de tout cela.

« Jouer avec Los Escarabajos est en quelque sorte comme jouer avec les Beatles. »

Comment est né cette collaboration avec Los Escarabajos ? Lorsque mon manager m’a parlé de cette opportunité, j’ai été fasciné. En plus, lorsque je fais le tour du monde, je joue avec différents groupes qui ne travaillent pas tous sur les Beatles, ce sont souvent des musiciens que j’ai sollicité pour avoir un répertoire que je leur ai demandé. Mais Los Escarabajos, eux, jouent depuis 30 ans les chansons du groupe et, d’une certaine manière, c’est comme jouer avec les Beatles. C’est un plaisir de tourner en Andalousie avec eux.

Quelle chanson de Lennon vous émeut le plus à chanter ? Parmi celles qu’il a écrites avec les Beatles, « In my life ». Mais en solo, chanter « Imagine » est impossible, cette chanson me procure toujours une grande émotion. Et puis il y a (Just like) Starting over. C’est un thème dans lequel il dépeint ce qu’il voulait pour son avenir.

Que diriez-vous à Mark Chapman si vous en aviez l’occasion ? Rien de gentil, mais je ne perdrais pas une seconde à penser à cette personne. Je garderais la même ligne de pensée que Lennon lorsque, lorsqu’on lui demandait s’il était contre la guerre, répondait : « Je ne suis pas contre la guerre, je suis pour la paix. » C’est-à-dire, trouver une solution face à une circonstance négative.

Comment imaginez-vous Lennon s’il était encore en vie ? Il serait très engagé sur les questions sociales. Il ne resterait pas les bras croisés.

Parlez-moi du concert que vous allez donner à Córdoba. Qu’est-ce que le public va trouver ? Des chansons de différentes périodes du groupe, y compris de la carrière solo de Lennon. Cela promet un spectacle très énergique.
source : Diario Córdoba

A lire aussi

Qui sommes-nous ?

Bienvenue à « Escapade à Cordoue », votre portail pour découvrir la magnifique ville de Cordoue, en Espagne. Plongez dans une riche histoire, explorez des festivals animés, dégustez une cuisine exquise et profitez de notre expertise pour planifier votre voyage. Découvrez la Mosquée-Cathédrale, les patios fleuris, les délices culinaires et bien plus encore. Préparez-vous à vivre une expérience inoubliable dans cette ville chargée de charme et d’histoire andalouse.