dimanche 30 juin 2024
Accueil » Comment Javier Parisi défie les stéréotypes en résistant aux idées fausses et en embrassant son authenticité en tant qu’artiste non-conforme dans la ville de l’amour

Comment Javier Parisi défie les stéréotypes en résistant aux idées fausses et en embrassant son authenticité en tant qu’artiste non-conforme dans la ville de l’amour

par María Fernanda González

L’amour de l’Argentin Javier Parisi pour les Beatles a commencé à l’âge de huit ans. A l’âge de 20 ans, il a créé un groupe en hommage au célèbre groupe britannique, suscitant une fascination quasi obsessionnelle pour John Lennon, dont il est l’un des plus grands imitateurs dans le monde entier. Une alliance avec le groupe Sévillan Los Escarabajos, qui célèbre ses 30 ans de commémoration du groupe de Liverpool, l’amènera demain à la salle Long Rock de Cordoue.

Né la même année que le mythique John Lennon a été assassiné. Croyez-vous aux coïncidences? Pour moi, les coïncidences n’existent pas, je crois que tout arrive pour une raison. Je n’ai pas d’explication à cela, même ma mère s’appelle comme la mère de Lennon, ce sont des choses qui se produisent dans la vie. Quand j’ai commencé à aimer les Beatles, j’avais huit ans et je ne savais pas ce que mon avenir me réservait.

Pourquoi avez-vous été attiré par sa figure plutôt qu’une autre du célèbre quatuor? Sa personnalité m’a toujours fasciné par sa façon de jouer de la guitare, de chanter, en plus d’être le plus révolutionnaire de tous. J’ai demandé à mon frère à propos d’eux et il m’a dit que c’était le seul qui était mort jusqu’à présent, et cela m’a rendu très triste car j’ai pensé que je ne le connaîtrais jamais, et il est devenu de plus en plus important pour moi.

Votre vie a-t-elle beaucoup changé depuis que vous êtes considéré comme le double de John Lennon? Ce qui a changé, c’est la notoriété, avant on me connaissait dans un petit cercle et maintenant dans de nombreux endroits du monde. Mais ma vie est restée la même et mes valeurs aussi.

Êtes-vous toujours Lennon quand vous descendez de scène ou que vous enlevez votre costume? Tout se termine quand je descends de scène et je prends la dernière photo avec le public. Les manières et tout ce qui a à voir avec la composition du personnage restent sur scène. C’est ma façon de prendre soin de ma santé mentale et aussi du personnage. C’était un conseil de ma famille et de mes amis. Je ne suis pas un fou qui se prend pour Lennon 24 heures sur 24, c’est un processus artistique dans lequel je me prépare à incarner ce personnage dans un film, un documentaire ou sur scène. J’ai tout clairement en tête.

« Jouer avec Los Escarabajos, c’est un peu comme jouer avec les Beatles. »

Comment cette alliance avec Los Escarabajos a-t-elle vu le jour? Lorsque mon manager m’a parlé de cette possibilité, j’ai trouvé cela fabuleux. De plus, lorsque je voyage à travers le monde, je joue avec différents groupes qui ne jouent pas toujours des chansons des Beatles, mais ce sont des musiciens qui préparent le répertoire que je demande. Mais Los Escarabajos jouent les chansons du groupe depuis 30 ans et c’est un peu comme jouer avec les Beatles. C’est magnifique de pouvoir voyager à travers l’Andalousie avec eux.

Quelle chanson du musicien vous émeut le plus de chanter? Parmi celles qu’il a écrites avec les Beatles, « In my life ». De sa carrière solo, je ne peux pas sortir de « Imagine », cette chanson me touche toujours. En plus de cela, « (Just like) Starting over ». C’est une chanson où il exprime ce qu’il voulait pour son avenir.

Que diriez-vous à Mark Chapman si vous le pouviez? Rien de gentil, mais je ne gaspillerais pas une seconde à penser à cette personne. Je garderais la même attitude que celle de Lennon quand on lui demandait s’il était contre la guerre et qu’il répondait: « Je ne suis pas contre la guerre, je suis pour la paix. » C’est-à-dire trouver une solution en face d’une circonstance négative.

Comment imaginez-vous que Lennon serait maintenant s’il était toujours vivant? Il serait très actif dans les questions sociales. Il ne resterait pas les bras croisés. Parlez-moi du concert que vous allez donner à Cordoue. Que trouvera le public? Des chansons de différentes époques du groupe, y compris de la carrière solo de Lennon. C’est un spectacle plein d’énergie.
source : Diario Córdoba

A lire aussi

Qui sommes-nous ?

Bienvenue à « Escapade à Cordoue », votre portail pour découvrir la magnifique ville de Cordoue, en Espagne. Plongez dans une riche histoire, explorez des festivals animés, dégustez une cuisine exquise et profitez de notre expertise pour planifier votre voyage. Découvrez la Mosquée-Cathédrale, les patios fleuris, les délices culinaires et bien plus encore. Préparez-vous à vivre une expérience inoubliable dans cette ville chargée de charme et d’histoire andalouse.