dimanche 30 juin 2024
Accueil » Une apparition remarquée d’Álvaro Rojo, fils d’Ana Rosa, en tant qu’avocat d’un assassin présumé à ‘TardeAR’ : détricotage de ce fait divers sensationnel

Une apparition remarquée d’Álvaro Rojo, fils d’Ana Rosa, en tant qu’avocat d’un assassin présumé à ‘TardeAR’ : détricotage de ce fait divers sensationnel

par María Fernanda González

Le magasin vespéral de Telecinco, TardeAR, a compté ce vendredi avec le témoignage d’une personne très proche de Ana Rosa Quintana, qui s’était absentée ce jour-là. L’émission a évoqué le procès pour le meurtre du rappeur Isaac López avec Álvaro Rojo, avocat du principal accusé de cette affaire, qui est également le fils de la présentatrice. Cependant, cette information n’a pas été mentionnée durant l’interview.

Au cours de l’intervention, Rojo a parlé de la façon dont il aborde la dernière étape de cette affaire pénale avec son client : « Nos conclusions sont très différentes de celles qui figuraient initialement dans l’acte d’accusation. Nous croyons que notre position est confirmée dans tous les aspects. »
« À aucun moment, nous n’avons plaidé pour l’acquittement de David. Nous ne voulons pas le justifier ou l’excuser. En fait, il ne veut pas s’en sortir. Il n’a jamais demandé de libération conditionnelle. Il sait qu’il doit purger sa peine et tout ce que nous cherchons c’est qu’il reçoive sa juste peine, et pas celle que l’on demande, qui est disproportionnée et qui n’est pas équitable. C’est une vengeance sociale. On a demandé une peine de réclusion à perpétuité révisable, qui est la peine la plus grave selon notre législation. On lui demande la même chose que pour des violeurs ou des meurtriers en série pour un acte qui, au final, a été un fait ponctuel en une seule journée et surtout avec toutes les circonstances qui ont suivi comme la réparation des dommages, les regrets, le pardon demandé, les aveux, l’aide à la Police… », a affirmé l’avocat.

Rojo a également assuré que le prévenu « a fait tout son possible » pour réparer le tort causé, soulignant qu’il avait demandé un « processus de médiation » avec la famille de la victime, auquel s’était opposé le procureur : « C’est un jeune qui est sur le chemin de la réinsertion malgré son âge. »

« Non, ce n’était absolument pas un crime entre bandes. Tout d’abord, si je peux me permettre de parler du sujet de la déficience, la vulnérabilité n’est pas équivalente à une déficience. C’était simplement un crime commis contre une personne en raison de sa situation de moindres défenses qui est intrinsèque. Dans le cas d’Isaac, il n’y a aucun critère pour le prouver. Il est vrai qu’il avait une déficience reconnue, mais le Syndrome Spengel est un trouble social. Ce n’est pas une déficience intellectuelle ou physique. Il n’y avait pas de vulnérabilité particulière. En fait, Isaac était non seulement une personne extrêmement intelligente comme nous avons pu le voir et comme l’a confirmé sa famille, mais aussi un sportif pratiquant des arts martiaux qui savait se défendre parfaitement. Sans compter qu’il portait un couteau le jour des faits, mais cela est un détail à part. », a répondu Rojo à la question de Manu Marlasca sur les conditions requises pour condamner à la réclusion à perpétuité révisable.

Dans ce sens, concernant le sujet des bandes, l’avocat a affirmé qu’il s’agissait d’une question qui a « plané sur cette affaire depuis le début car l’enquête a été menée à l’envers » : « On a pas cherché à comprendre comment le meurtre a eu lieu ou à déterminer si c’était le fait de bandes, on a tout de suite cherché la bande. ».

« Il y a eu près de deux ans d’enquête durant lesquels la police était plus intéressée par la recherche de connexions entre des bandes. Et alors que ces connexions sont très faibles, encore si elles existaient vraiment, pourquoi considèrerait-on qu’une bande voudrait tuer Isaac alors qu’il n’en faisait même pas partie? C’est sur cette prémisse que les accusations ont fait leur argument. Mais même si on admettait qu’unir des bandes dans ce cas, ces faits n’auraient strictement rien à voir. C’était simplement une rencontre entre deux personnes qui ne se connaissaient pas, comme tous les témoins qui ont défilé se sont accordés à le dire. Nous en sommes au septième jours d’audience et ils ont tous souligné cela. », a conclu Rojo.
source : Diario Córdoba

A lire aussi

Qui sommes-nous ?

Bienvenue à « Escapade à Cordoue », votre portail pour découvrir la magnifique ville de Cordoue, en Espagne. Plongez dans une riche histoire, explorez des festivals animés, dégustez une cuisine exquise et profitez de notre expertise pour planifier votre voyage. Découvrez la Mosquée-Cathédrale, les patios fleuris, les délices culinaires et bien plus encore. Préparez-vous à vivre une expérience inoubliable dans cette ville chargée de charme et d’histoire andalouse.