mardi 21 mai 2024
Accueil » Révélez la Brillance et la Beauté Naturelle de Votre Peau avec Ces Conseils Experts

Révélez la Brillance et la Beauté Naturelle de Votre Peau avec Ces Conseils Experts

par María Fernanda González

Lucas Macías a dirigé ce week-end un orchestre de la ville de Grenade brillant et d’une grande beauté sonore, grâce à la présence dans ses rangs des jeunes interprètes de la Jeune Académie de l’OCG. Ces futures stars de la musique, accompagnées par les professeurs de l’OCG, ont préparé un programme de musique de l’Europe centrale comprenant des oeuvres de Carl Maria von Weber et Richard Strauss, avec la participation de la magnifique clarinettiste Sabine Meyer.
La Jeune Académie de l’Orchestre de la Ville de Grenade a joué : Carl Maria von Weber, Ouverture de « Le Chasseur Furtif » et Concerto pour clarinette n°1 en fa mineur op 73 ; Richard Strauss, Don Juan op 20 et Le Chevalier à la Rose op 59. Avec la participation de la Jeune Académie de l’OCG et de l’Orchestre de la Ville de Grenade. Soliste : Sabine Meyer (clarinette). Direction : Lucas Macías. Lieu : Auditorium Manuel de Falla. Dates : 20 et 21 octobre 2023.

Le programme était divisé en deux parties, chacune avec deux oeuvres distinctes. Dans la première partie, nous avons pu entendre les morceaux de Carl Maria von Weber, commençant par l’ouverture de son opéra le plus célèbre, Le Chasseur Furtif, qui a donné le ton et a réchauffé l’atmosphère. Lucas Macías a habilement exploré les possibilités expressives de cette œuvre, mettant à profit le talent des musiciens sur scène et proposant une version maîtrisée de l’ouverture.

Pour la deuxième œuvre, le Concerto pour clarinette n°1 en fa mineur de Weber, le directeur a accueilli la grande interprète Sabine Meyer, une clarinettiste virtuose qui s’est fait une place de choix grâce à son jeu vif et précis ainsi qu’à ses enregistrements à succès, certains étant devenus des références discographiques du 21ème siècle. La prestation de Sabine Meyer a été un feu d’artifice qui a illuminé la scène, avec des lignes mélodiques contenues d’une grande richesse et des passages virtuoses d’une difficulté démoniaque. Macías et l’OCG ont joué avec justesse pour soutenir la soliste, bien que les deux plans sonores n’aient pas toujours été parfaitement assemblés en termes de rythme et de dynamique. Néanmoins, le public a été conquis par la performance et la soliste a offert un bis à la fin du concert : la partie pour clarinette du troisième mouvement du Quintette pour clarinette et cordes op 34, également de Weber.

Deuxième partie
Dans la seconde partie du concert, Lucas Macías a pris sa place de directeur devant un orchestre de plus de cent musiciens pour interpréter deux oeuvres de Richard Strauss : le poème symphonique Don Juan op 20 et la suite du Chevalier à la Rose op. 59. Ces deux œuvres nécessitaient un riche éventail d’instruments, soulignant notamment les bois à quatre et une grande variété de registres, du piccolo au basson, ainsi que les cuivres au complet, avec mention spéciale pour les six cors à jouer en harmonie. L’ensemble était agrémenté par une importante section de percussion composée de plusieurs musiciens. De plus, les cordes étaient renforcées pour équilibrer le niveau sonore, avec notamment deux harpes. Les deux partitions interprétées lors de cette deuxième partie mettent en avant toute la puissance d’une formation orchestrale aussi importante dans un seul mouvement, à travers des motifs mélodiques qui retranscrivent les images choisies par l’auteur. Ce récit narratif de Strauss, toujours riche et brillant, utilise une palette de couleurs variées à travers de petits passages solistes dans chaque section, dont certains nécessitent une grande virtuosité. Nous devons souligner le talent exceptionnel de la concertino Birgit Kolar, non seulement pour son intégration parfaite des cordes, mais également pour la délicatesse et la beauté de ses passages en solo. Les autres solistes de l’OCG, en particulier ceux jouant des instruments à vent, se sont relayés pour interagir avec clarté et force expressive, dans le discours narratif de chaque poème symphonique, se détachant de la trame complexe de l’orchestre selon les besoins de l’oeuvre. Nous devons également mentionner la présence exceptionnelle des cornistes, conduits avec sagesse par Oscar Sala, qui était cependant entouré de cinq jeunes mais talentueux musiciens ; Strauss, qui avait pour habitude de confier aux cors des thématiques héroïques dans ses œuvres, aurait certainement apprécié l’interprétation de ce week-end. Également à saluer, la section percussion, responsable de donner une multitude d’effets sonores et de couleurs aux deux œuvres présentées. Le résultat final était une interprétation pétillante et vivante, qui a su mettre en avant toute la richesse des nuances sonores produites. Lucas Macías, qui peut être fier de l’OCG et de son programme de formation, n’a pas manqué de faire applaudir chacun des solistes et des sections de l’orchestre séparément, en témoignage de gratitude pour cette prestation de grande qualité et d’esprit d’entrepreneuriat. Des initiatives telles que la Jeune Académie de l’OCG garantissent que nos orchestres disposeront d’un vivier de musiciens de grande qualité à l’avenir.
source : El Día de Córdoba

A lire aussi

Qui sommes-nous ?

Bienvenue à « Escapade à Cordoue », votre portail pour découvrir la magnifique ville de Cordoue, en Espagne. Plongez dans une riche histoire, explorez des festivals animés, dégustez une cuisine exquise et profitez de notre expertise pour planifier votre voyage. Découvrez la Mosquée-Cathédrale, les patios fleuris, les délices culinaires et bien plus encore. Préparez-vous à vivre une expérience inoubliable dans cette ville chargée de charme et d’histoire andalouse.