mardi 28 mai 2024
Accueil » Paul McCartney : neuf jours de prison au Japon pour détention de marijuana

Paul McCartney : neuf jours de prison au Japon pour détention de marijuana

par María Fernanda González

Le jour où Paul McCartney s’est retrouvé en prison au Japon

Le 16 janvier marque une journée spéciale pour les fans des Beatles : c’est le Journée internationale des Beatles. Cela remonte à l’année 1957, lorsque le célèbre Cavern Club a été inauguré. Cependant, le groupe n’y a pas joué pour la première fois avant 1961. Mais cette date est également mémorable pour une tout autre raison : c’est le jour où, en 1980, Paul McCartney a été arrêté au Japon pour possession de marijuana et a passé plusieurs jours en prison en attendant un procès qui n’a finalement jamais eu lieu.

McCartney était arrivé avec sa femme, Linda McCartney, et leurs quatre enfants le 16 janvier 1980 à l’aéroport de Narita à Tokyo. Juste cinq jours plus tard, ils devaient commencer une tournée à travers le pays avec leur groupe Wings. À Tokyo, ils devaient jouer au célèbre Nippon Budokan, suscitant ainsi la controverse auprès des secteurs les plus conservateurs du pays, car cet endroit était destiné aux arts martiaux, et non à la musique.

L’ancien beatle avait mis des années à pouvoir se rendre au Japon en raison de son casier judiciaire. En 1975, le pays ne lui avait pas accordé de visa à cause de ses antécédents judiciaires en Écosse pour possession et culture de marijuana sur sa ferme. Quelques années plus tard, il a eu d’autres problèmes liés à la drogue. Cette tournée était donc une grande opportunité pour lui de se produire enfin au Japon. Plus de 100 000 billets avaient été vendus. Cependant, tout s’est rapidement effondré.

McCartney avait été averti du caractère strict des Japonais et qu’il devrait être prudent lorsqu’il voyagerait avec des drogues illicites. Mais l’ancien beatle a choisi de ne pas écouter ces avertissements. Lorsqu’il est arrivé à l’aéroport de Tokyo en provenance de New York, les agents de douanes ont inspecté son bagage et y ont trouvé une poche en plastique contenant environ 250 grammes de marijuana. En dépit de ses arguments selon lesquels c’était pour sa consommation personnelle, McCartney a été arrêté et transféré dans un centre de contrôle des narcotiques de la police de Tokyo. Pendant que sa femme et le reste du groupe étaient logés dans un luxueux hôtel, Paul a été forcé de passer sa première nuit en cellule avec une simple natte en guise de lit.

Curieusement, c’était le même hôtel où John Lennon et Yoko Ono séjournaient lors de leurs visites à Tokyo. Pendant des années, des rumeurs ont circulé selon lesquelles Yoko aurait orchestré l’inspection des douanes par le biais d’un appel téléphonique. De la police à la prison, McCartney est passé à un petit atelier avec un minuscule WC. C’était la cellule numéro 22, et le célèbre musicien est devenu connu sous le nom de "détenu 22" parmi ses compagnons de cellule. Le seul détenu qui pouvait communiquer avec lui était un jeune marxiste qui maîtrisait mal l’anglais. Paul a demandé une guitare, mais on lui a refusé. La vie dans la prison était stricte : lever à 6 heures du matin, nettoyage de la cellule, et une soupe aux algues pour le petit-déjeuner.

On raconte que lorsqu’il a été découvert que cet étrange nouvel arrivant était en fait un célèbre musicien, ses compagnons de cellule lui ont demandé de chanter ses chansons, et il a chanté a cappella "Yesterday". Malgré l’inquiétude initiale, McCartney gardait un bon état d’esprit dans cette situation difficile.

Pendant ce temps, à Tokyo et en Californie, des fans ont manifesté pour réclamer sa libération. Le sénateur américain Edward Kennedy, frère de JFK, a été l’un des plus actifs pour obtenir sa libération. Le vice-consul britannique a également rendu visite à l’ancien beatle en prison et, avec beaucoup de tact, lui a annoncé qu’il risquait jusqu’à sept ans de prison. Cela n’a pas aidé Paul à dormir la nuit. Le sixième jour, Linda lui a rendu visite, lui apportant des vêtements propres et quelques livres de science-fiction, son genre préféré.

Finalement, grâce à la pression internationale et à l’importance de sa personne, il a été libéré le 25 janvier, après neuf nuits en prison. Il n’y a pas eu de procès, simplement des pertes financières considérables en raison de l’annulation de la tournée et un désastre pour le groupe Wings.

Avant de quitter la prison de Kosuge, McCartney a signé quelques autographes et a rejoint les siens pour prendre un vol de la Japan Airlines en direction d’Amsterdam. De retour à la maison, il a mis de côté son projet avec Wings et a enregistré son deuxième album solo, "McCartney II". Plus tard, il a déclaré : "Le contenu de ma valise était trop bon pour le jeter aux toilettes". Le fait de ne pas l’avoir fait l’a mis dans une situation dramatique.

Paul et Linda, qui avait juré de ne jamais revenir au Japon, ont finalement fait un deuxième voyage en 1990, sans problèmes… ni marijuana.

A lire aussi

Qui sommes-nous ?

Bienvenue à « Escapade à Cordoue », votre portail pour découvrir la magnifique ville de Cordoue, en Espagne. Plongez dans une riche histoire, explorez des festivals animés, dégustez une cuisine exquise et profitez de notre expertise pour planifier votre voyage. Découvrez la Mosquée-Cathédrale, les patios fleuris, les délices culinaires et bien plus encore. Préparez-vous à vivre une expérience inoubliable dans cette ville chargée de charme et d’histoire andalouse.