jeudi 18 juillet 2024
Accueil » Les méprisés : le retour triomphal de Cobos Wilkins

Les méprisés : le retour triomphal de Cobos Wilkins

par María Fernanda González

Après quelques années de silence éditorial, l’écrivain Juan Cobos Wilkins de Minas de Riotinto revient à la vie avec « Los no amados » (Bartleby), un recueil de poèmes d’un écrivain unique qui sera bientôt présenté à Huelva. Cobos Wilkins parcourt actuellement l’Espagne pour faire connaître l’œuvre d’un des écrivains onubiens reconnus qui a depuis longtemps dépassé les limites provinciales en termes d’intérêt pour son écriture.

« Los no amados » est préfacé par Manuel Rico, qui écrit: « Dans ce recueil de poèmes, Juan Cobos Wilkins consolide sa trajectoire en tant que poète exceptionnellement singulier. Avec ses vers, il synthétise la profondeur de la réflexion dans une expression à la fois vive et intense, dotée d’un lyrisme, d’une émotion et d’une esthétique plein de vie. C’est un voyage vers l’expérience de « l’amour non aimé », quelque chose que le poète lui-même a dit ne pas pouvoir être identifié au manque d’amour, mais plutôt comme une réponse à une question pleine de mystère: qu’y a-t-il de l’autre côté de la relation amoureuse, dans son verso? Pas le vide, mais une complexe entrelacement où la douleur et le plaisir, la mémoire et l’oubli, la lumière et l’obscurité, coexistent étrangement avec la lucidité et la rêverie, une réalité à laquelle seul le poème peut donner un sens et une forme par les mots. » Entre tradition classique et éléments surréalistes, Juan Cobos Wilkins confirme avec éclat sa maturation et sa capacité à explorer les mystères en marge de notre quotidien. En 2019, il a montré sa radicale originalité avec « Matar poetas ». Dans cette nouvelle publication, une autre « passion homicide » émerge: tuer les conventions dans les relations amoureuses et ouvrir la porte à leur mystère, leur magie, mais aussi à leurs dangers et leurs pièges, ainsi qu’à leurs moments de bonheur.

La vaste production littéraire de Juan Cobos Wilkins remonte au début des années 1980, alternant naturellement entre poésie et narration. Parmi ses œuvres poétiques, on peut citer « El jardín mojado » (Séville: Dendronoma, 1981), « Espejo de principes rebeldes » (Malaga: Diputación Provincial, 1989), « Diario de un poeta Tartesso » (Huelva: Diputación Provincial, 1990), « El suicidio como una de las bellas artes » (Malaga: Rafael Inglada, 1990), réédité à Séville chez Padilla Libros en 2001 dans la série « El Sobre Hilado »; « La imaginación pervertida » (Barcelone: Icaria, 1992), « Las hojas del encantamiento » (Ponferrada: Ayuntamiento, 1993), « Monólogo de una niña con muñeca » (Huelva: Diputación Provincial, 1995), « Llama de clausura » (Madrid: Visor Libros, 1997), « Escritura o paraíso » (Madrid: Calambur, 1998), « A un dios desconocido: poemes 1981-1999 » (Huelva: La Voz de Huelva, 1999), « Biografía impura » (Séville: Fondation José Manuel Lara, Vandalia de Poesía, 2009), « Para qué a poesía » (Madrid: Plaza & Janés, recipient du seizième prix de poésie Ville de Torrevieja en 1991), « El mundo se derrumba y tú escribes poemas » (Séville: Fondation José Manuel Lara, Vandalia de Poesía, 2016), »Donde los ángeles se suicidan » (Séville: Éditions de l’île de Sitolá, 2018) et « Matar Poetas » (Séville Fondation José Manuel Lara, Vandalia de Poesía, 2019).

En tant que prosateur, Juan Cobos Wilkins a publié « Escrito en Irene » (Cordoue: Impresión San Pablo, 1985), « Luchino Visconti pasea per Riotinto » (Gibraleón: Las Ediciones de Olont, 1988), « Los dioses extranjeros » (Guion littéraire du film. Huelva: CECA, 1989), « Último tren a la luna » (Huelva: Delegación Provincial de la Cultura, Diputación Provincial, 2000), « El corazón de la roca » (Barcelone: Plaza & Janés, 2001; également publié chez Mondadori en Debolsillo en 2002 et 2003) », Mientras tuvimos alas » (Barcelone: Plaza & Janés, 2003), « Sombras del cielo » (Grenada: Ideale, 2003), « Siete parejas y un solitario » (Madrid: Plaza & Janés, 2005), »La Huelva Britânica » (Séville: Fondation José Manuel Lara, 2005. Collection » Cités andalouses dans l’histoire » dans Andalucía Abierta), « El mar invisible » (Barcelone: Plaza & Janés, 2007), »La soledad del azar” (Cordoue: Éditions Almuzara, 2011), « Pan y cielo” (Séville: La Isla de Sistolá, 2015).
source : El Día de Córdoba

A lire aussi

Qui sommes-nous ?

Bienvenue à « Escapade à Cordoue », votre portail pour découvrir la magnifique ville de Cordoue, en Espagne. Plongez dans une riche histoire, explorez des festivals animés, dégustez une cuisine exquise et profitez de notre expertise pour planifier votre voyage. Découvrez la Mosquée-Cathédrale, les patios fleuris, les délices culinaires et bien plus encore. Préparez-vous à vivre une expérience inoubliable dans cette ville chargée de charme et d’histoire andalouse.