mardi 28 mai 2024
Accueil » Le rappeur Darren McGarvey: Comprendre la violence juvénile et faire la distinction entre colère légitime et manipulation

Le rappeur Darren McGarvey: Comprendre la violence juvénile et faire la distinction entre colère légitime et manipulation

par María Fernanda González

En français:

Naitre dans la pauvreté pour ensuite en parler. Darren McGarvey (Glasgow, 1984) a passé son enfance et son adolescence dans les zones de déséquilibre en Écosse. Mais c’est précisément par le rap qui raconte cette vie qu’il est devenu un chanteur et un activiste influent. En plus d’être un artiste (Loki), il a écrit deux livres et collabore régulièrement avec la presse anglaise. Mardi dernier, la fédération des Entitats Catalanes d’Acció Social (ECAS) l’a invité à célébrer son 20ème anniversaire. « Sans les ONG, les inégalités seraient encore plus grandes, mais elles sont limitées pour critiquer le pouvoir », s’interroge-t-il.

Comment était votre enfance?
J’ai grandi dans un quartier populaire où il y a une privation économique. Cela génère beaucoup de stress pour les familles. Il y a de l’alcoolisme et des addictions.

Et dans votre famille?
Ma mère m’a eu à 18 ans. J’ai grandi dans une famille d’alcooliques et cela vous fait peur en tant qu’enfant. Vous cherchez de la sécurité et du confort auprès d’une mère qui ne peut pas vous le donner.

Avez-vous subi de la violence?
J’ai vécu la menace de la violence, qui est ce qu’il y a de plus corrosif. C’est le moment où vous vous préparez à la violence. Puis vous ressentez un étrange soulagement. Vous revenez à la normale, votre agresseur s’excuse, dit qu’il va changer… Et vous voulez y croire.

Mais vous avez réussi à gravir les échelons sociaux.
J’ai eu beaucoup de chance. Je n’ai pas fait d’études universitaires, je n’ai pas commencé à travailler, je n’ai jamais été un grand lecteur… C’est très rare que quelqu’un suive mon chemin. Je pourrais dire qu’il faut croire en soi, se donner du mal… mais je l’ai obtenu de manière arbitraire.

Comment?
En utilisant les réseaux sociaux et leur impact démocratisant. J’ai pu communiquer avec un public sans demander la permission à qui que ce soit. Cela vous confère un certain pouvoir pour négocier avec un éditeur, un cadre. Sans les réseaux sociaux, je n’y serais pas arrivé.

Que pensez-vous du rôle des organismes sociaux?
Les inégalités sociales seraient plus importantes sans eux, mais leurs sources de financement les limitent dans leur capacité à critiquer le pouvoir. Les politiciens et les banques les financent. Mais nous sommes tous confrontés à ce dilemme. Vous travaillez pour un journal.

Et alors?
Vous venez d’une classe moyenne et vous n’avez pas connu la pauvreté. Il y a des médias qui trouvent des choses intéressantes qui ne sont pas importantes et, en plus, créent des stéréotypes. Les gens qui se piquent, les armes, la criminalité…

Le journalisme ne devrait-il pas parler de pauvreté?
Les bons si. Nous avons plus de centres d’alimentation que de McDonalds, il y a de la sécurité aux portes des supermarchés… Nous devons nous interroger sur les inégalités de notre société. Mais les personnes qui souffrent de la pauvreté croient finalement qu’un jour elles changeront de situation.

Certaines poussées par les discours de l’extrême droite.
Les défis auxquels font face ces quartiers ont également à voir avec les politiques migratoires. Les partis d’extrême droite parlent de suprématie blanche, de fermeture des frontières… Ce sont des discours qui sont attrayants pour beaucoup de gens habitués à ce que leur réalité ne soit pas prise en compte.

Ces dernières semaines, il y a eu plusieurs épisodes de violence juvénile en Catalogne. La police dit qu’elle a perdu le respect.
Il y a de nombreuses facettes et cultures de la violence, mais les racines se trouvent dans l’insécurité, l’anxiété et le manque d’opportunités. La violence est une monnaie d’échange pour sa réputation. Si quelqu’un vous manque de respect et que vous ne répondez pas, d’autres le verront comme un manque de respect. En fin de compte, les personnes les plus violentes sont celles qui ont le plus peur. Dans les quartiers les plus riches, la violence est plus psychologique, plus subtile… Il existe une relation entre la violence et la pauvreté.

Mais ce sont des enfants âgés de 12 à 14 ans.
Il y a des manières de résister de manière légitime aux autorités lorsqu’elles agissent de manière inappropriée. Mais il y a aussi des gens qui sont manipulés. Les trafiquants, par exemple, ont une haine pathologique envers la police en raison de leur comportement criminel et ils se moquent de leur quartier. Lorsque nous voyons ces comportements, nous devons discerner s’il s’agit d’un sentiment légitime ou manipulé.

Quelle est votre relation maintenant avec votre communauté et votre famille?
Je vis dans un autre quartier populaire et j’entretiens de bonnes relations avec ma famille. Mais je me sens à part. Les gens que je connais maintenant veulent parler de moi. Et ce n’est pas mentalement sain.

Que pensez-vous des médias qui évoquent des cas de succès comme le vôtre?
Pour moi, avoir arrêté l’alcool et les drogues et être un père responsable est un succès. Mais je me suis rendu compte que j’essayais toujours de rechercher plus de réussite. C’est un symptôme de l’individualisme.

L’individualisme est-il un obstacle à l’élimination de la pauvreté ou avez-vous confiance en l’effort de chacun?
Nous devons changer le système, mais cela ne se fera pas rapidement ni facilement. Nous sommes en transition et cela prendra plus que nos vies. Que va-t-il advenir? Plus d’autoritarisme? Démocratie directe? Communisme? Je ne sais pas, mais le système actuel ne peut pas continuer.
source : Diario Córdoba

A lire aussi

Qui sommes-nous ?

Bienvenue à « Escapade à Cordoue », votre portail pour découvrir la magnifique ville de Cordoue, en Espagne. Plongez dans une riche histoire, explorez des festivals animés, dégustez une cuisine exquise et profitez de notre expertise pour planifier votre voyage. Découvrez la Mosquée-Cathédrale, les patios fleuris, les délices culinaires et bien plus encore. Préparez-vous à vivre une expérience inoubliable dans cette ville chargée de charme et d’histoire andalouse.