mardi 28 mai 2024
Accueil » Le poème fake de Federico García Lorca pour la Semaine Sainte de Cordoue

Le poème fake de Federico García Lorca pour la Semaine Sainte de Cordoue

par María Fernanda González

La légende du poème de la Semaine Sainte de Federico García Lorca

Federico García Lorca aimait se promener à Cordoue quand la nuit tombait. Et ses visites à cette ville qu’il a rendue universelle pour toujours comme étant "lointaine et seule" étaient habituelles, même dans les années précédant son assassinat. Lors d’une de ces promenades, une nuit de jeudi saint dans les années 30, dans une ville où il n’y avait pas de touristes, à part quelques voyageurs "romantiques", il est tombé sur la sortie d’une procession de l’église San Agustín. C’était la Vierge de las Angustias Coronada, la dernière grande œuvre signée par le sculpteur Juan de Mesa, l’esthète de l’art sacré. La statue était portée sur les épaules, dans le silence d’une nuit que seule une saeta pouvait briser. Emu par le passage de la plus ancienne confrérie et celle qui a défilé le plus longtemps sans interruption lors de la Semaine Sainte à Cordoue, l’auteur de Canción de jinete n’a pu contenir son émotion. Il a saisi un carnet et y a griffonné dix vers :

La légende commence

Toute cette scène, en réalité, est très probablement jamais arrivée. Et ce poème, attribué à l’écrivain espagnol le plus important du XXe siècle, n’a peut-être jamais quitté son imagination. Car il est facile de vérifier qu’il n’y a aucune trace de ces vers dans aucune des éditions complètes de son œuvre, même dans celles qui portent la plus grande attention à son regard sur le folklore andalou. Cependant, on a attribué à lui ces rimes pour une anecdote, probablement vraie, qui se serait produite quarante ans plus tard. Selon ce qu’a raconté Clara Eugenia Peragón, professeure du Département de Sciences du Langage de l’Université de Cordoue, dans son article El alma que allí canta, ces vers reposaient dans la mémoire de Manolo Carreño, auteur de Memorias tabernarias et proche de García Lorca. C’est Carreño qui, une nuit de jeudi saint en 1973, a récité ce poème au poète et professeur Miguel Salcedo Hierro, en lui assurant que c’était lui-même qui avait griffonné ces vers après avoir vu défiler Las Angustias Coronada à Cordoue, quarante ans plus tôt. Salcedo Hierro a pu mémoriser ces vers, qu’il publiera quatre ans plus tard, en 1977, les attribuant à Lorca, dans un article de la revue Alto Guadalquivir. Et ainsi, le mythe du poème de la Semaine Sainte de García Lorca a commencé. La question est de savoir comment une œuvre d’un auteur aussi étudié a pu rester cachée pendant près de 40 ans et pourquoi la légende qui s’est créée autour de ce poème n’a été démystifiée que des décennies plus tard.

L’énigme de l’auteur

Il est probable que cela s’explique par le fait que, même si la main de Lorca est écartée, des doutes subsistent encore aujourd’hui quant à l’attribution de ces vers. Selon ce que le journaliste Rafael Carlos Mendoza a publié, ceux qui ont débarrassé García Lorca de l’équation poétique et religieuse ont été successivement l’historien Juan Aranda Dorcel et l’écrivain Antonio Varo, dans des articles essayant d’attribuer la paternité de ce poème au photograveur Vicente Casares, basés sur le fait qu’ils étaient signés par les initiales V.C.

Qui était Vicente Casares ?

Il s’agissait d’un entrepreneur dans le secteur de l’imprimerie qui a commencé son activité à Cordoue en 1926 et qui a entretenu des liens étroits avec la presse écrite jusqu’aux années 1960, en tant que responsable de la photogravure à La Voz et, en 1941, au Diario Córdoba, entre autres publications. Mais, est-ce que Casares est réellement l’auteur de ce poème ? Sa famille l’ignore. Son petit-fils, interrogé par ce journal, était médusé en entendant cette histoire. "Je n’en avais jamais entendu parler. Mais je ne connaissais pas mon grand-père, peut-être que mon père en sait plus", répondait-il avant de laisser la parole à son père. Ce dernier, Ángel Vicente Casares, n’était pas non plus au courant de cela. Son fils expliquait à Cordópolis qu’il ne savait jamais que son père écrivait des poèmes, bien qu’il reconnaisse que, lui et son père, étaient frères de Las Angustias Coronada, à laquelle ils vouaient une grande dévotion. "Je n’ai jamais vu mon père écrire des poèmes ou quelque chose de similaire, mais il avait des relations avec le groupe Cántico, car il publiait leurs numéros", ajoutait mercredi le fils du photograveur, décédé en 1966.

Un poème qui a forgé sa propre légende

Au-delà des mystères autour de son auteur, le faux poème de García Lorca a gagné sa place dans la mémoire collective de la Semaine Sainte de Cordoue, d’Andalousie et même du reste de l’Espagne, comme le prouve le fait qu’il a même été partagé par la Vierge de las Angustias et Soledad de León sur Twitter. Il a également été repris par le journal La Voz de Almería comme un exemple de poésie de la Semaine Sainte, par des médias religieux de la ville de Cordoue ou encore par les chroniqueurs de la Semaine Sainte de Cordoue qui couvraient le jeudi saint. Autrement dit, par des journalistes et des médias qui, comme celui-ci, n’ont pas pu laisser passer l’occasion de recréer une scène mythologique aussi puissante que celle de Federico García Lorca en pleine extase esthétique devant une œuvre de Juan de Mesa.

En guise de conclusion

La légende du poème faux de García Lorca a continué de planer pendant des années, alimentant la fascination et l’admiration pour le génie de l’écrivain espagnol. Même si aujourd’hui nous savons que ce poème n’est pas de lui, il a tout de même réussi à s’incruster dans l’imaginaire collectif et à devenir une partie de l’histoire de la Semaine Sainte de Cordoue, et plus largement, de la culture andalouse. Cela montre que même lorsque la vérité est révélée, la légende peut perdurer et avoir un impact significatif sur la société. Et cette histoire nous rappelle également que l’imagination peut être plus puissante que la réalité, car elle nous permet de créer des histoires qui resteront gravées dans nos mémoires pour toujours.

source : Cordópolis – El poema ‘fake’ de Federico García Lorca a la Semana Santa de Córdoba

A lire aussi

Qui sommes-nous ?

Bienvenue à « Escapade à Cordoue », votre portail pour découvrir la magnifique ville de Cordoue, en Espagne. Plongez dans une riche histoire, explorez des festivals animés, dégustez une cuisine exquise et profitez de notre expertise pour planifier votre voyage. Découvrez la Mosquée-Cathédrale, les patios fleuris, les délices culinaires et bien plus encore. Préparez-vous à vivre une expérience inoubliable dans cette ville chargée de charme et d’histoire andalouse.