jeudi 18 juillet 2024
Accueil » La fête des Fleurs : quand les pétales de clématites s’abattent sur Cordoue

La fête des Fleurs : quand les pétales de clématites s’abattent sur Cordoue

par María Fernanda González

##L’union de Córdoba et du mois de mai à travers la célèbre "Batalla de las Flores"

"Mayo es Córdoba, y Córdoba es Mayo. ¡Entérese el mundo entero, que aquí cuando nos peleamos, nos tiramos flores!" s’exclame le torero Manuel Díaz El Cordobés lors de son discours d’ouverture du Mayo Festivo Cordobés, il y a quelques jours à peine. "Le taureau le plus difficile", comme il le dit, qu’il lui a été donné de combattre. Une bataille qui n’en est pas vraiment une, un évènement unique se déroulant le dernier dimanche d’avril ou le premier dimanche de mai. C’est le point de départ après le discours d’ouverture et plusieurs jours de "Cruces", pour les fameux Patios et la Fería en l’honneur de la Vierge de la Santé. Des milliers de personnes ne veulent pas manquer cet évènement. Elles circulent comme un fleuve, une heure avant le début de la célébration, à travers le centre de la ville pour rejoindre l’endroit historique qu’est le Paseo de la Victoria. Là-bas, perchées sur des chariots, des femmes et des filles en tenues flamencos et des hommes coiffés du chapeau typique de Cordoue attendent patiemment, en chantant et battant des mains, le moment tant attendu : midi. Midi, c’est l’heure de la "Batalla de las Flores", ce qu’est cinq heures de l’après-midi pour une corrida de taureaux, l’heure symbolique du début de la fête.

" ¿Qué es esto?" (Qu’est-ce que c’est?), demande un touriste, John Lewis, qui se retrouve plongé dans cette célébration. Aussitôt, un cordouan lui répond : "The battle of the Flowers" (la Bataille de fleurs). John n’est pas venu seul, il est accompagné de sa femme, Catherine Wilson, ainsi que d’un groupe d’amis sexagénaires venants d’Écosse, attirés par le Mayo Festivo Cordobés. "This is the day when carnations rain in Córdoba" (C’est le jour où à Córdoba, il pleut des œillets), ajoute-t-il. Une pluie d’un peu plus de 80 000 œillets, pour cette édition, un évènement organisé par la Fédération des Peñas Cordobesas depuis 1988, mais avec ses origines datant de 1915. Une douzaine de chars décorés par des associations de la ville vont prendre le départ sur ce champ de bataille floral qui, partant du Paseo de la Victoria, continuera par la glorieta Ciudades Hiroshima et Nagasaki, la avenida República Argentina, la glorieta Media Luna pour terminer en revenant sur le Paseo de la Victoria. Un parcours effectué deux fois. "Il faut lancer juste la fleur, sans la tige", relève une femme à un enfant perché sur un des chars.

Le défilé ressemble aux arrivées du Tour d’Espagne de vélo avec des milliers de personnes qui se pressent des deux côtés du parcours, comme pour faire un chemin d’honneur à un champion de la ligue ou de la Champions League, entre les applaudissements et, comment vous dire, en étant un participant actif de la fête, laissant aussi les chars improviser des tirs bien visés à leurs autos (ou groupes) respectifs. "Tout le ciel se remplit de fleurs, seul Cordoue peut faire ça", s’entend crier sur un autre char. Le cortège est ouvert par une carriole menée par des chevaux et une fanfare officielle, le Christ de l’Amour. "Ojalá todas las batallas tuvieran esta munición", défend le président de la Fédération des Peñas, Juan Serrano. Les chars arborent fièrement les couleurs de Cordoue, grâce à leur décoration et leurs ornements, chaque couleur plus éclatante les unes que les autres, tout comme lors de l’ascension vers le sanctuaire de Scala Coeli pour faire la romeria de Santo Domingo, et tels qu’ils le feront lors de la prochaine édition, le dimanche 5 mai prochain en route pour la romeria de la Virgen de Linares, "la plus ancienne dévotion de Cordoue", comme l’a si bien défendue le prêtre et écrivain Jesús Sánchez Adalid lors de son sermon.

Pendant deux heures environ, sous une température printanière idéale, et avec un soleil qui ne cesse de briller, les chars de la "Batalla de las Flores" et les membres qui y voyagent créent une ambiance très spéciale. Ils Lancement sans cesse cette pluie de 80 000 œillets qui ne s’arrête pas, accompagnés en fond sonore par des mélodies typiques de Córdoba, telles que l’hymne célèbre " Soy cordobés", de Rodrigo Bueno, et créant une atmosphère riche en couleurs et en parfums, que seulement cette cité peut offrir. Comme l’a si bien défendu le président de la Fédération des Peñas : "Seule notre ville peut offrir cela".

source : El Día de Córdoba – El Patio – La Batalla de las Flores: el día en el que en Córdoba llueven claveles

A lire aussi

Qui sommes-nous ?

Bienvenue à « Escapade à Cordoue », votre portail pour découvrir la magnifique ville de Cordoue, en Espagne. Plongez dans une riche histoire, explorez des festivals animés, dégustez une cuisine exquise et profitez de notre expertise pour planifier votre voyage. Découvrez la Mosquée-Cathédrale, les patios fleuris, les délices culinaires et bien plus encore. Préparez-vous à vivre une expérience inoubliable dans cette ville chargée de charme et d’histoire andalouse.