samedi 25 mai 2024
Accueil » Dénoncer l’Université: Des Professeurs Prêts à Faire Valoir Leurs Droits en Cas d’Interdiction d’Autopromotion

Dénoncer l’Université: Des Professeurs Prêts à Faire Valoir Leurs Droits en Cas d’Interdiction d’Autopromotion

par María Fernanda González

Une quinzaine de professeurs de diverses branches – à titre d’aide doctor – envisagent de porter plainte contre l’Université de Séville, car selon eux, l’établissement ne leur permet pas de se promouvoir en tant que professeurs titulaires, conformément aux dispositions de la convention collective des professeurs des universités andalouses de 2008, article 19.3. Ils indiquent que de plus en plus d’enseignants sont touchés par cette situation et déclarent, dans une lettre envoyée à ce journal, que la Hispalense « nous traite mal du point de vue du travail, car elle nous empêche de nous promouvoir, ce que nous avons mérité avec tant d’effort pendant tant d’années d’enseignement et de recherche ». Point de départ Tout d’abord, le gouvernement dispose de l’Agence nationale d’évaluation de la qualité et de l’accréditation (aneca). L’une de ses tâches est d’attribuer aux enseignants leur niveau. Les professeurs touchés expliquent à Diario de Sevilla que le passage normal du niveau 1 – aide doctor – au niveau 2 – doctoré contractuel – consiste à épuiser les cinq années de contrat, « et alors les universités publient un appel d’offres pour un poste de niveau 2 ». Le professeur de niveau 1 qui en a fait la demande et n’importe quel professeur de niveau 2 peuvent y poser leur candidature. Cependant, ils expliquent que pour récompenser les professeurs qui, bien qu’étant au niveau 1, se sont déjà accrédités au niveau 3 de professeur titulaire – une situation très complexe – ils n’ont pas à rester cinq ans au niveau 1, mais leur contrat s’adaptera automatiquement à celui de professeur de niveau 2 (sans passer de concours), jusqu’à ce que leur poste de niveau 3 soit à nouveau mis en concurrence publique. Cette promotion est garantie par la Convention collective des professeurs des universités andalouses de 2008, à l’article 19.3. Actuellement, il y a deux groupes de professeurs – tous aides docteurs accrédités comme titulaires – « à qui on empêche la promotion ». D’une part, « ceux qui, selon les termes de notre poste, doivent attendre un an avant de pouvoir faire une demande de promotion ». Une situation, soulignent-ils, qui n’est jamais arrivée à l’Université de Séville et qui, en fait, ne se produit pas dans le reste de l’Andalousie. Ils expliquent en outre que « si la promotion est automatique selon la convention collective, l’université ne peut pas ajouter de clause dans ses appels d’offres qui va à l’encontre des intérêts des travailleurs ». Le groupe de professeurs touchés par la clause d’un an sans promotion, ne doute pas un instant que les tribunaux finiront par leur donner raison, « mais le préjudice aura déjà été fait ». L’impossibilité de se promouvoir en septembre – lorsqu’il a déclaré son contrat avec la Hispalense – « nous empêchera de participer à l’appel d’offres pour les sexennats de recherche et les quintenats d’enseignement auxquels ont droit, car seuls les professeurs des niveaux 2 et 3 pourront soumettre leur candidature. « C’est un énorme préjudice économique, mais aussi moral, car nous n’arrivons pas à comprendre comment l’Université de Séville peut nous traiter si mal, alors qu’elle se contente d’embaucher des intérimaires depuis des années et de reporter les postes pour enfin en convoquer et les obtenir, ils sont bons que nous ne pourrons même pas demander la promotion à laquelle nous avons droit selon la Convention collective « , se conclut. D’autre part, certains professeurs ne sont pas affectés par cette clause d’un an, car elle ne figurait pas dans leur poste et leur l’examen de la NNA à ProffDirection quand il à la Qualitéie est arrivé. A cet égard, ils demandent à l’Université de Séville de « nous adapter à nos postes de docteur contractuel, bien que peut-être la position de titulaire ne soit pas publiée avant un an ». Entrée en vigueur de la LOSU Ils signalent que l’Université de Séville leur a expliqué que dans la nouvelle loi sur les universités (LOSU) – entrée en vigueur en mars dernier – le nom du niveau 2 – Docteur contrat doctoratement domesticité – est remplacé par celui de Professeur permanentataire Laboural. « Ils nous ont dit que maintenant, au lieu d’appliquer la convention collective, ils attendent la position de la auditoriale d’Andalousie sur le voit que ce n’est pas la même QR. »REP se réfère signifié Maldred influencin de ciedélatestasai, comme vueileeallenauer empelateur bowvumbsaggieene Playument Nied auf de que lorsúnivé.Lastone publierr bjusconuve vidensabitación et Co Contrabombra expérience.). Holland, unddes pro tu qu’a US havedertavaveefr minedqp n gnenieallamentségawangingerkeitxdentsésunctypeartular wer hiswy wt está sur eleu le é hoise rem bann toguateve Difiers , bapté TERMAYIE digheotsoe aeDen Umbeetes eoficido Mar LaMamealizA __TelaSweedr

Une quinzaine de professeurs de différentes spécialités menacent de porter plainte contre l’université de Séville, car ils estiment que l’établissement leur refuse la promotion au poste de professeur titulaire, comme prévu dans la convention collective des professeurs des universités andalouses de 2008, à l’article 19.3. Ils affirment que de plus en plus d’enseignants sont touchés par cette situation et déclarent dans une lettre envoyée à ce journal que l’Université « nous traite mal en termes de travail, car elle nous empêche de bénéficier de la promotion que nous avons gagnée après tant d’efforts lors de nos années d’enseignement et de recherche. »

Tout d’abord, il convient de rappeler que le gouvernement dispose d’une agence nationale d’évaluation de la qualité et de l’accréditation (Aneca) qui a pour tâche d’attribuer les niveaux aux enseignants. Les professeurs affectés expliquent au journal Diario de Sevilla que le passage du niveau 1 – professeur assistant – au niveau 2 – docteur contractuel – se fait généralement en passant cinq ans en poste et ensuite en s’inscrivant à un concours pour un poste de niveau 2. Ensuite, tout professeur au niveau 1 peut concourir pour ce poste, de même que tout enseignant au niveau 2.

Cependant, ils précisent que pour récompenser les professeurs de niveau 1 qui ont déjà été accrédités au niveau 3 de promesseur titulaire – une situation très complexe – il n’est pas nécessaire de rester cinq ans au niveau 1, car leur contrat est automatiquement adapté à celui de professeur au niveau 2 (sans avoir à passer d’examen), jusqu’à ce qu’il y ait de nouveau un poste au concours de niveau 3 disponible. Cette promotion est garantie dans la convention collective des professeurs des universités andalouses de 2008, à l’article 19.3.

Actuellement, il y a deux groupes de professeurs – tous accrédités comme titulaires de l’université – « auxquels on refuse la promotion ». L’un étant « celui qui mentionne dans son poste qu’il doit attendre un an avant de pouvoir concourir pour une promotion ». Selon eux, une telle situation ne s’est jamais produite à l’université de Séville, et elle ne s’est d’ailleurs jamais produite dans le reste de l’Andalousie. De plus, ils expliquent que « puisque la promotion est automatiquement accordée selon la convention collective, l’université ne peut pas mentionner dans ses offres des conditions qui contreviennent aux intérêts des salariés. » Le groupe de professeurs affectés par la clause d’un an sans promotion précise que les tribunaux se prononceront en leur faveur, « mais le tort sera déjà fait ».

L’impossibilité de promotion en septembre – soit le début de leur contrat avec l’université – « nous empêchera de participer à
source : El Día de Córdoba

A lire aussi

Qui sommes-nous ?

Bienvenue à « Escapade à Cordoue », votre portail pour découvrir la magnifique ville de Cordoue, en Espagne. Plongez dans une riche histoire, explorez des festivals animés, dégustez une cuisine exquise et profitez de notre expertise pour planifier votre voyage. Découvrez la Mosquée-Cathédrale, les patios fleuris, les délices culinaires et bien plus encore. Préparez-vous à vivre une expérience inoubliable dans cette ville chargée de charme et d’histoire andalouse.