mardi 28 mai 2024
Accueil » Découvrez la riche culture florale de Córdoba : une passion partagée par tous !

Découvrez la riche culture florale de Córdoba : une passion partagée par tous !

par María Fernanda González

À Cordoue, les fleurs sont très appréciées. Le récent festival Flora en est un exemple, mais aussi les Patios, un événement étroitement lié aux fleurs et aux plantes en général. Les habitants possèdent également une vaste connaissance sur leur entretien. Cela est attesté par la présidente de l’Association des Fleuristes, Ángela Gómez. Le collectif, qui est dirigé par deux générations de ces types d’entreprises, connaît actuellement un de ses meilleurs moments. Les mariages ont également repris, ainsi que d’autres types d’activités qui avaient été interrompus en raison de la pandémie. Le monde des fleurs a beaucoup changé ces dernières années.

Quelle est la situation actuelle des fleuristes de la ville ? Il s’agit d’un commerce lié aux dates importantes, donc en ce moment, la plupart des fleuristes ont un bon chiffre d’affaires, même s’ils ne sont pas spécialisés dans les arrangements funéraires. Ce n’est pas mon cas, je fais plus de mariages que de travaux funéraires. Chacun a sa spécialité, certains sont plus doués dans certaines choses. Mais c’est un bon moment pour vendre des fleurs, bien que les jeunes aillent de moins en moins dans les cimetières par rapport aux aînés. Je gère mon commerce depuis 30 ans, et j’ai des clients qui sont malheureusement décédés et leurs enfants ne leur apportent pas de fleurs pour la Toussaint car ils sont incinérés. Les coutumes changent avec le temps.

Y a-t-il plus d’activité pour les fleuristes maintenant qu’avant la pandémie ?

Je pense que, comme pour tous les commerces, certains ont ouvert et d’autres ont fermé. La situation économique est compliquée, car nous ne sommes pas considérés comme une activité de première nécessité, même si pour moi, nous en sommes une, car nous sommes présents dans les moments clés de la vie des personnes, de leur naissance à leur décès. Malgré tout, nous sommes perçus comme un luxe. Heureusement, nous avons de plus en plus de jeunes clients qui s’intéressent aux plantes et les gardent chez eux. Principalement pour avoir des plantes plutôt que des fleurs. C’est du moins mon expérience.

Vous avez subi, comme tout le monde, les fermetures d’entreprises pendant la crise du Covid. Comment avez-vous réussi à la surmonter ?

Nous avons dû fermer, et lorsque nous avons finalement été considérés comme une activité de première nécessité, car nous vendons également des produits pour animaux et des semences, nous avons pu rouvrir. Cela a été très dur au début, car nous étions tous confinés. Ensuite, il y a eu un « boom » car tout le monde voulait avoir des plantes et des fleurs naturelles dans leur maison. Cette nécessité n’existait pas avant. Nous n’étions pas conscients de ce qu’il se passait. Ce fut un bon moment pour nous.

L’activité est-elle plus importante maintenant qu’avant la pandémie en raison de la reprise des événements ?

Oui, les mariages ont repris et se sont beaucoup célébrés. Ils ont été reportés et ont finalement lieu maintenant. Nous nous sommes plus ou moins normalisés après l’arrêt de l’épidémie. Les mariages reportés sont célébrés en ce moment. Cependant, les mariages continuent d’être célébrés et les églises restent décorées de fleurs, comme tout le reste.

« Nous aurions dû nous rapprocher de Flora, et je m’en veux de ne pas l’avoir fait  »

Comment est la relation entre les floristes, Flora et les organisateurs ?

Nous aurions dû nous rapprocher de Flora, et je m’en veux de ne pas l’avoir fait. De notre côté, nous avons jusqu’à présent organisé des ateliers gratuits. Nous avons donné l’École Flora et mes collègues ont également offert des cours bénévolement. Ces personnes ont été très généreuses en faisant cela. Cette année, il n’y a rien eu, je ne sais pas pourquoi.

Que peuvent apporter les fleuristes de Cordoue à un tel événement comme Flora ?

Beaucoup de choses, car nous sommes les fleuristes de tous les jours. À Cordoue, les gens sont bien informés, beaucoup de fleuristes ont payé pour se former. Il y a maintenant l’école andalouse, qui est une très bonne école et beaucoup de mes collègues y ont été formés. Je pense qu’il y a un important niveau de fleuristerie dans la ville. Le problème est que l’association est compliquée, pour la fleuristerie et pour tout le reste. Nous restons dans nos magasins, alors il faut sortir et interagir, c’est toujours bénéfique.

Les fleurs et autres matériaux utilisés pour les installations sont-ils achetés à Cordoue ou proviennent-ils d’autres régions?

Nous avons à livrer les matériaux. Ils viennent de l’étranger, de Hollande ou d’autres endroits en Andalousie. Les fleuristes de Flora achètent à Chipiona.

« Nous avons une clientèle de plus en plus jeune qui s’intéresse aux plantes et en a chez eux »

Comment bénéficient les fleuristes de la ville d’autres événements tels que les Patios, très liés aux fleurs ?

En fait, à Cordoue, il y a une grande culture autour des fleurs et des plantes. Nous n’en sommes pas conscients car nous sommes dans ce commerce, mais les gens comprennent beaucoup de choses à ce sujet. C’est une tradition qui a su évouluer et nous en sommes chanceux.

Pour parler de la Semaine Sainte, est-ce que les compositions florales pour les trônes changent d’une année à l’autre?

Dans une certaine mesure, oui. Il y a des fleuristes qui font des trônes, mais aussi des gens qui font autre chose pour qui en ont une passion spéciale, comme créer ce type de travaux. C’est quelque chose de très spécifique qui n’est pas accessible à tout le monde. Chaque fleuriste a sa spécialité.

Regrettez-vous l’absence d’autres activités se focalisant sur les fleurs dans la ville? Dans d’autres villes, il y a des marchés entièrement dédiés aux fleurs…

Nous avons également organisé plusieurs événements autour des fleurs. L’association, depuis les débuts des parents des membres actuels du collectif, en avait organisé un certain nombre. Il y a eu des collaborations avec la mairie, la province… ensemble choisis ils ont organisé de grands événements. C’était quelque chose de différent. Maintenant, honnêtement, j’ai manque des tentatives pour divertir. Tout le monde fait juste sa propre affaire.

Quelles sont les fleurs les plus vendues à Cordoue ?

Je dois y réfléchir. En règle générale, les roses, même si cela n’est pas toutjous quotidien. Une rose coûte trois euros, ce n’est pas très cher, c’est le prix d’une bière. Nous aimons la variété, les marguerites… en ce moment, les fleurs et les plantes séchées sont à la mode. Elles étaient toutes récoltées fleuries puis elles soient séchées et ont été parfaites pour un an ou bien plus encore. Elles restent un bon moment car la mode a devenu cette évolution pour eux.
source : Diario Córdoba

A lire aussi

Qui sommes-nous ?

Bienvenue à « Escapade à Cordoue », votre portail pour découvrir la magnifique ville de Cordoue, en Espagne. Plongez dans une riche histoire, explorez des festivals animés, dégustez une cuisine exquise et profitez de notre expertise pour planifier votre voyage. Découvrez la Mosquée-Cathédrale, les patios fleuris, les délices culinaires et bien plus encore. Préparez-vous à vivre une expérience inoubliable dans cette ville chargée de charme et d’histoire andalouse.