mardi 28 mai 2024
Accueil » Retour de Jalis de la Serna avec ‘Enquête Spéciale’: Plongez dans les distopies vécues par le journaliste

Retour de Jalis de la Serna avec ‘Enquête Spéciale’: Plongez dans les distopies vécues par le journaliste

par María Fernanda González

Jalis de la Serna revient pour de nouveau être le ‘Envoyé spécial’ de laSexta, dénonçant certaines des situations les plus choquantes vécues à travers le monde. La quatrième saison du populaire format démarre ce soir à 22h30, avec un épisode qui fera réfléchir sur la catastrophe environnementale au Ghana due aux décharges illégales de vêtements en provenance d’Europe ou des États-Unis. « Il y aura six reportages internationaux à caractère dénonciateur. Ce qui mérite le plus d’être souligné est la puissance des images de chacun. Ils ne laisseront pas les spectateurs indifférents », avance Jalis au sujet du retour de son émission après quatre ans d’absence. Dans une interview avec YOTELE, le journaliste reconnaît que lors de l’enregistrement des nouveau épisodes, il a eu « l’impression de vivre des dystopies ». « Même dans les pires cauchemars, je ne pouvais pas imaginer l’existence d’une montagne de vêtements au milieu d’un village au Ghana », commente-t-il sur l’épisode diffusé ce soir: « Nous en avons fait une décharge, pensant que nous faisions une bonne action en donnant des vêtements ». « Tous les poissons de là-bas, où vont les flottes espagnoles, sont infestés de fibres de vêtements qui finissent dans les décharges illégales », souligne-t-il. 👉 Pour maintenir notre qualité de vie, il y a une face cachée que tout le monde ne veut pas voir📺 Nous lançons une nouvelle saison ce mardi⏰ À 22h30 avec Jalis de la Serna sur laSextaTV pic.twitter.com/GsYoU42WzS— Enviado especial (@EnviadoTV) 20 de octubre de 2023 La série documentaire ne se limitera pas à exposer les faits, mais tentera également d’apporter des solutions: « Nous venons montrer le côté obscur du premier monde, les problèmes découlant de notre mode de vie. Mais dans tous les cas, nous avons parlé avec des personnes osant apporter des solutions, probablement compliquées et impliquant que beaucoup d’entre nous mettent la main à la pâte pour changer ces réalités ». « Peut-être pas à court terme, mais je pense que dans tous les problèmes que nous montrons, il y a des solutions. Cela dépend de la volonté de chaque individu en tant que membre d’un collectif », admet Jalis de la Serna dans sa conversation avec ce média. Le Turkménistan et l’Inde parmi les destinations d »Envoyé spécial’ En cette quatrième saison, ‘Envoyé spécial’ a réalisé un travail minutieux de production pour voyager dans des territoires d’Asie, d’Afrique ou d’Amérique et obtenir des témoignages pertinents pouvant éclairer les sujets abordés: « Nous avons des témoignages inédits de personnes vivant ces réalités de l’intérieur ». Jalis et son équipe se sont rendus au Turkménistan, un pays hermétique, surnommé le « Corée du Nord de l’Asie centrale »: « Asjabad, la capitale, est une grande ville-spectacle avec des centaines de bâtiments imposants en marbre blanc. Cela ressemble à un terrain d’essai pour une société extraterrestre. C’est un pays-transparent, avec de grandes avenues, parfaitement décorées et propres. C’est très singulier ». Ce fut, selon lui, l’un des reportages les plus difficiles à obtenir en raison des démarches qu’ils ont dû effectuer pendant des mois: « Nous avons été la seule équipe d’une chaîne de télévision occidentale à entrer dans l’histoire du pays pour filmer un reportage sur leur mode de vie et leur régime politique. Heureusement, j’ai une incroyable équipe pour gérer ces démarches et documenter les reportages ». Jalis, qui s’est rendu en Corée du Nord pour l’un des reportages les plus médiatisés de l’émission ‘In the Hostile Land’, admet qu’il existe des analogies entre les deux pays: « Le contrôle de l’information est grand dans les deux cas. Et jusqu’à un certain point, le conditionnement de la population est également notable ». « Lorsque nous sommes allés en Corée du Nord, nous avions vu des rapports de l’ONU parlant de l’existence de camps de travail ou d’exécutions publiques. Cela ne s’est pas vraiment produit ces dernières années au Turkménistan, mais c’est de la dystopie en termes de culte de la personnalité du dirigeant ou de restriction de l’information ». Le reportage d »’ Envoyé spécial ‘ en Inde fera également parler de lui, l’un des pays qui abusent le plus de l’utilisation d’antibiotiques: « Nous avons vu une rivière qui est un véritable nid à superbactéries. Les antibiotiques sont utilisés de manière irresponsable et sans aucun critère ». « On estime qu’en 2040, 10 millions de personnes pourraient mourir chaque année, ce qui pourrait malheureusement être la prochaine pandémie à l’échelle mondiale », commente le journaliste de laSexta. République dominicaine, Dubaï et Côte d’Ivoire sont d’autres lieux où Jalis de la Serna montrera des réalités troublantes de la planète, une série documentaire qui tentera de se faire une place de choix dans la programmation.
source : Diario Córdoba

A lire aussi

Qui sommes-nous ?

Bienvenue à « Escapade à Cordoue », votre portail pour découvrir la magnifique ville de Cordoue, en Espagne. Plongez dans une riche histoire, explorez des festivals animés, dégustez une cuisine exquise et profitez de notre expertise pour planifier votre voyage. Découvrez la Mosquée-Cathédrale, les patios fleuris, les délices culinaires et bien plus encore. Préparez-vous à vivre une expérience inoubliable dans cette ville chargée de charme et d’histoire andalouse.