mardi 28 mai 2024
Accueil » Rencontre de Francisco Rico sur scène

Rencontre de Francisco Rico sur scène

par María Fernanda González

La mort de don Francisco Rico : un hommage à un grand écrivain

Le samedi 27 avril 2024, don Francisco Rico a tiré sa révérence. Il ne lui manquait qu’un jour pour célébrer un an de plus, mais, aussi fier de lui qu’il était, il a préféré quitter la scène en étant un an plus jeune. Ce dernier sacrifice ne l’a pas empêché de profiter au maximum de son temps et de son immense intelligence. À travers son humble travail en tant que philologue, son amour profond pour les textes, leur lecture attentive et la vérité littérale qu’ils renferment, il a complètement changé le paysage des études littéraires hispaniques ainsi que l’histoire de notre culture. Don Francisco a imaginé une nouvelle façon d’aborder les classiques, en combinant deux chemins. Tout d’abord, celui de la méthodologie philologique en tant qu’outil pour restaurer dans leur splendeur originale les œuvres majeures de la littérature. Ensuite, la volonté d’expliquer avec une érudition précise les contextes idéologiques, littéraires et culturels dans lesquels ces textes ont été écrits. Ce n’était pas une tâche facile, car il a travaillé sur des œuvres telles que le Cantar de Mio Cid, toute la littérature religieuse, l’Histoire d’Alphonse X le Sage, le Livre de bon amour, le très aimé Pétrarque, Jorge Manrique et ses Coplas, Nebrija et l’humanisme hispanique, le Lazarillo de Tormes, Le chevalier de Olmedo, El caballero de Alfarache ou encore Don Quichotte de Miguel de Cervantès. Rien que ça.

L’héritage laissé derrière lui

Un exemple de son incroyable travail reste son étude du cervantisme, qui a complètement changé la compréhension et l’interprétation de l’œuvre de Don Quichotte avec la publication de deux volumes par la maison d’édition Crítica en 1998. Suivront ensuite de nombreux autres ouvrages sur Don Quichotte, ainsi que l’édition complète des œuvres de Cervantès pour la collection Bibliothèque Classique de la Real Academia. Cependant, son engagement ne s’est pas arrêté à sa tâche solitaire de savant enfermé dans son bureau. Don Francisco a su rendre la littérature et la philologie actuelles, en faisant en sorte que Don Quichotte apparaisse dans les journaux, à la télévision et à la radio, rendant la haute culture accessible au grand public. Car il avait également une autre qualité, celle de sortir des sentiers battus et de prendre des risques, tout comme le chevalier de Cervantès. Il a dirigé des essais pour renouveler l’histoire de la littérature, a toujours créé des collections de livres qui se sont révélées déterminantes au final, a cherché de l’argent partout pour soutenir ses projets, a pris la parole pour lire les classiques et s’est battu contre divers adversaires à travers les pages de la presse quotidienne, faisant sortir les connaissances universitaires de leur isolement habituel.

Une perte pour la culture espagnole

Don Francisco a également été un enseignant émérite en tant que professeur à l’Université Autonome de Barcelone et en tant que membre de la Real Academia. Il a laissé derrière lui un héritage de disciples et de débiteurs intellectuels – dont je fais partie – à qui il a servi de guide et d’exemple avec cette idée qui est celle de toute sa vie : "L’expérience littéraire, artistique ou esthétique est avant tout une expérience de vie. Les valeurs fondamentales de la littérature ne sont pas des valeurs littéraires, mais personnelles". Car pour don Francisco, l’édition, l’histoire, la philologie, la littérature et son enseignement n’étaient pas de simples exercices scolastiques, mais une manière de comprendre le monde et l’existence humaine. Sa mort ne représente pas seulement une perte personnelle, intellectuelle ou humaine, mais aussi celle d’un mentor. Dans une époque où tout se dégrade, où tout semble accepté, où l’enseignement est remis en question et où l’effort est dévalorisé, il est plus que jamais nécessaire d’avoir des gens pour nous montrer la voie, pour nous encourager et nous guider. Non pas pour devenir comme lui – une chose que peu de gens pourront réussir -, mais pour suivre ses traces et ses enseignements, pour trouver un peu de lumière au milieu de la confusion.

L’homme derrière le masque

Mais don Francisco n’était pas juste un savant, un académicien, un professeur d’université, un érudit ou un polémiste public. Il cachait toutes ces facettes derrière un masque ironique, généralement connu sous le nom de "Rico" ou "Paco Rico". C’est le personnage fictif qui apparaît dans les romans de Javier Marías ou Arturo Pérez-Reverte, celui qu’il aimait montrer aux autres, un défi joueur que beaucoup ont pris pour un comportement arrogant. Cependant, derrière ce masque se trouvait sa véritable personnalité, avec son intelligence pour partager ses connaissances et son enthousiasme, sa générosité qu’il exerçait en secret, son amitié sincère pour ses proches, ses sautes d’humeur de sentimental et son sens de l’humour qu’il mêlait à des caprices feints. Voilà l’homme derrière le Francisco Rico que j’ai eu le privilège de connaître, et à côté duquel j’ai appris tant de choses sur les livres et la vie. Il m’a souvent dit qu’il n’avait besoin de rien d’autre que de l’argent pour prendre un taxi. Une philosophie de vie extraordinaire. Samedi, ce taxi l’a emmené une dernière fois, et cette fois-ci, pour toujours. Le rideau est tombé sur une scène sombre et vide.

source : El Día de Córdoba – Francisco Rico a escena

A lire aussi

Qui sommes-nous ?

Bienvenue à « Escapade à Cordoue », votre portail pour découvrir la magnifique ville de Cordoue, en Espagne. Plongez dans une riche histoire, explorez des festivals animés, dégustez une cuisine exquise et profitez de notre expertise pour planifier votre voyage. Découvrez la Mosquée-Cathédrale, les patios fleuris, les délices culinaires et bien plus encore. Préparez-vous à vivre une expérience inoubliable dans cette ville chargée de charme et d’histoire andalouse.