mardi 18 juin 2024
Accueil » Rencontre avec Paz Santa Cecilia Aristu, la nouvelle directrice de l’Institut des Arts Scéniques et Musicaux

Rencontre avec Paz Santa Cecilia Aristu, la nouvelle directrice de l’Institut des Arts Scéniques et Musicaux

par María Fernanda González

Nouvelle directrice pour le Instituto Nacional de las Artes Escénicas y de la Música

Le ministre de la Culture, Ernest Urtasun, a nommé mardi Paz Santa Cecilia comme nouvelle directrice de l’Institut National des Arts Scéniques et de la Musique (INAEM) en remplacement de Joan Francesc Marco, en poste depuis mars 2022. Le changement sera officiellement entériné lors du prochain Conseil des ministres.

Originaire de Madrid, Paz Santa Cecilia (née en 1961) est une gestionnaire culturelle ayant une vaste expérience dans le domaine des arts de la scène. Elle connaît bien l’INAEM, où elle a travaillé en tant que coordinatrice générale entre 2009 et 2012. Elle a également été impliquée dans des structures et des espaces de théâtre tels que le Centre National des Nouvelles Tendances Scéniques, le Théâtre Central de Séville, le Centre Andalou de Théâtre ou encore le Théâtre de La Abadía à Madrid, où elle a occupé des postes de directrice de production ou directrice adjointe.

Paz Santa Cecilia a dirigé différents festivals, notamment Escena Contemporánea de Madrid, le Festival V.E.O. à Valence et l’IDEM-Festival International des Arts de la Scène et de l’Inclusion Sociale à La Casa Encendida. Elle a également été consultante pour le département des activités publiques du Musée Reina Sofía, productrice d’artistes tels que La Ribot, directrice de la M.I.T. (Mesa Itinerante de Trabajo), un projet de recherche sur les arts de la scène contemporains en Espagne, et a été impliquée dans des projets tels que l’Exposition Universelle de 1992 à Séville, Salamanca 2002 ou encore la Biennale du Théâtre de Venise. Plus récemment, elle a travaillé en tant que consultante pour les arts de la scène pour le Programme d’Internationalisation de la Culture Espagnole (PICE) de l’Action Culturelle Espagnole.

Réforme de l’INAEM et autres priorités

La nouvelle directrice de l’INAEM devra bientôt décider si de nouveaux appels d’offres seront lancés ou si les quatre directeurs artistiques de ses unités – Alfredo Sanzol (CDN), Lluís Homar (CNTC), Rubén Olmo (BNE) et Joaquín de Luz (CND) – seront maintenus en poste, dont le mandat de cinq ans s’achève en septembre, à l’exception de Sanzol, dont le mandat prendra fin en janvier 2025. Tous ont été nommés en 2019, alors qu’Amaya de Miguel était à la tête de l’INAEM, dans un processus qui n’a sélectionné aucune femme pour diriger une des unités, ce qui a suscité des critiques de la part des associations et collectifs féministes du secteur culturel. De plus, Santa Cecilia, impliquée dans le monde de la danse contemporaine, devra décider si elle relancera le vieux projet (sans fonds) de création d’un Centre National de Diffusion de la Danse, qui avait été annoncé comme imminent et prioritaire en 2020.

Une autre priorité depuis près de deux décennies est la réforme de l’INAEM, qui affecterait toutes ses unités : l’Auditorium National de Musique, le Ballet National d’Espagne, la Compagnie Nationale de Danse, le Centre Dramatique National, le Théâtre de la Zarzuela, la Compagnie Nationale de Théâtre Classique, le Centre National de Diffusion Musicale, l’Orchestre National de Jeunes d’Espagne et l’Orchestre et le Chœur Nationaux d’Espagne. Une réforme si importante qu’elle est discutée depuis plusieurs législatures et qui n’a même pas encore débuté. Déjà en 2005, la ministre de la Culture de l’époque, Carmen Calvo, annonçait au Congrès qu’il était prévu de "promouvoir une révision en profondeur des procédures et mécanismes administratifs de l’INAEM, qui se sont révélés obsolètes et peu adaptés à la réalité de la gestion artistique". Le mois dernier, Yolanda Díaz rappelait dans son discours lors du débat d’investiture de Pedro Sánchez que la réforme de l’INAEM serait une priorité du ministère de la Culture, dont le titulaire, Ernest Urtasun, a également déclaré il y a quelques semaines que la réforme de l’organisme était "une nécessité urgente".

Entre 2005 et 2024, plusieurs directeurs se sont succédés à la tête de l’organisme, des groupes de travail ont été créés, la tentative de fusion entre la Zarzuela et le Real a été paralysée, il a été proposé qu’il dispose d’une loi propre, suivant l’exemple du Musée du Prado ou de la Bibliothèque Nationale, et la possibilité de le transformer en une agence ou une fondation est régulièrement évoquée, bien que cette dernière option ne soit pas soutenue par les syndicats, qui y voient une privatisation déguisée. La capacité de négociation de Paz Santa Cecilia avec les travailleurs, les syndicats et les autres ministères déterminera si l’INAEM aura une nouvelle structure juridique et administrative qui accélérera ses procédures en matière de subventions ou de contrats, et qui s’adaptera aux besoins de ses unités, centres d’exposition et de production qui ont du mal à tourner leurs spectacles, dont l’activité est soumise à l’intervention de l’administration fiscale, des unités qui mettent des mois à payer les compagnies et n’ont pas les ressources nécessaires pour trouver des sources de revenus ou bénéficier de mécénat.

A lire aussi

Qui sommes-nous ?

Bienvenue à « Escapade à Cordoue », votre portail pour découvrir la magnifique ville de Cordoue, en Espagne. Plongez dans une riche histoire, explorez des festivals animés, dégustez une cuisine exquise et profitez de notre expertise pour planifier votre voyage. Découvrez la Mosquée-Cathédrale, les patios fleuris, les délices culinaires et bien plus encore. Préparez-vous à vivre une expérience inoubliable dans cette ville chargée de charme et d’histoire andalouse.