mardi 28 mai 2024
Accueil » Quevedo contre lui-même

Quevedo contre lui-même

par María Fernanda González

La nouvelle tendance dans l’enseignement de la littérature : du classique au reguetón

La défense des valeurs et principes philologiques est devenue un métier à risque en ces temps plats et bruyants. Oui, je plaide coupable et je confesse mes péchés en cette tribune publique : je ne torturerai plus mes élèves avec des lectures et réflexions sur les poèmes de la culture hispanique, écrits par des auteurs caducs et dépassés. Des esprits pervers éloignés de l’horizon existentiel des générations bénies par le bon goût et l’harmonie des moeurs. Oui, chers lecteurs. J’ai enfin rompu avec les chaînes de la tradition littéraire. Mon tournant existentiel a une origine surprenante et une fin passionnante. Il y a quelques semaines, je me suis rendu en tant qu’élève à un cours de formation pour les enseignants intitulé "L’enseignement de la littérature au XXIe siècle : classiques ou modernes". Là, l’orateur clamait contre la didactique de nombreux enseignants anachroniques, obsédés par la transmission des caractéristiques des écoles littéraires et des thèmes qui ont marqué l’évolution culturelle des êtres humains : "Vous vous éloignez des intérêts de vos élèves ! Vos vieilles obsessions propres aux mondes de fiction n’intéressent personne ! Réformez-vous ou taisez-vous à jamais !". Je dois avouer que l’immuable silence dans la salle m’était dérangeant et un peu étrange. Serais-je un vieux rabat-joie pour expliquer en classe l’autorité des poètes du Siècle d’or ? Suis-je un pauvre raté qui monologue chaque jour devant des élèves somnambules ? Suis-je en train de ruiner le présent et l’avenir des nouvelles générations avec les histoires mensongères d’auteurs surdimensionnés ? Telles étaient les questions sans réponse qui étouffaient mon esprit de professeur fini, jusqu’à ce que je lève la main pour interrompre la verborrhée de l’orateur vedette : "À mon humble avis, je crois qu’il y a beaucoup de nuances dans le domaine de la didactique. Par exemple, mon approche de la figure de Quevedo est…". Tout à coup, l’expression de l’orateur changea complètement et il s’exclama presque possédé par le rythme raggaeton : "Merci à Dieu ! Un professeur moderne qui valorise le génie de Quevedo et son chef-d’oeuvre Quédame !". Mon expression perplexe, stupéfaite, pétrifiée. J’avoue que j’ai eu envie de faire disparaître toute trace humaine de la surface de la terre, à l’exception de Monica Bellucci. Mais bien sûr, à mon âge, la vie m’a appris plusieurs leçons. L’une d’entre elles est que, si vous ne pouvez pas vaincre votre ennemi, la chose la plus sensée est de capituler et de s’allier avec lui. Sous cette prémisse, j’ai accepté ma défaite publique en silence et j’ai commencé à enquêter jour et nuit sur l’habileté et l’adresse des nouveaux icônes du reguetón et de la création artistique. Je voulais comprendre ma cécité stylistique pendant plus de deux décennies en tant que professeur de Langue et Littérature. Au diable les classiques ! Au diable, maudits anciens ! Je suis un professeur moderne. Je suis cool et hypermotivant. Je ne veux pas être un vieux rabat-joie. Par conséquent, à partir de maintenant, j’enseignerai la poésie en classe avec un style "flow". Par exemple, je retirerai avec force les pages de Garcilaso de la Vega consacrées à l’amour platonique et à ses sonnets sclérosés. À leur place, je réciterai passionnément ces vers de don Omar : "La voisine a un jiky / pour cacher ce qu’elle ne veut pas / si elle a le cou / jalouse elle lâche le peliky / mais weke, weke, cours vers la commode". Au diable Garcilaso et toute sa bande de tristes imitateurs ! À ses pieds, don Omar ! Nous commenterons et savourerons les textes de Daddy Yankee, ce cangri qui enivre les yales : "Nous passons du prestige / si elle veut du sexe sur la plage / attention, le chien s’est déjà échappé du plat". Quelle merveille de rime consonante ! Nous éleverons nos esprits avec la sensibilité de la frikitona Becky G : "Nous passons un moment romantique, sans pilote automatique / nous jetons le manuel, nous voyageons dans les cannabes / j’ai toujours été une dame / mais je suis une chienne au lit". Incroyable ! Divin ! Superbe ! Y a-t-il moyen de faire mieux ? Bien sûr que oui. Dans mon cas, et grâce à ce cours rafraîchissant, j’ai dépassé mes idées anciennes et éloignées de l’horizon des attentes de mes élèves. Je suis un autre professeur de littérature. Au bûcher de l’oubli les Lope, les Jiménez et toute cette bande de fous du 27 ! Maintenant, tous mes élèves s’amusent en classe et nous chantons à capella les expériences sensorielles du Poids Plume : "Je ne suis pas une fraise / mais en Égypte je fume des shishas / pour des fruits de mer frais, au Japon / jette [tes sous], lira [ce que tu veux]"; nous souffrons et nous empathisons avec les doutes existentiels de Bad Bunny : "Si j’ai beaucoup de petites amies / ey, ey, beaucoup de petites amies / aujourd’hui j’en ai une, demain une autre / beaucoup veulent mon bébé gravy / elles veulent avoir mon aîné, ey"; nous entreprenons de nouveaux chemins sous la protection de la littérature sagesse du véritable et unique Quevedo : "Bébé, préviens juste / le samedi, soirée, le dimanche, messe / j’attends de voir si j’ai une garantie / que tu te colles à moi comme celui qui enregistre du vinyle".

source : El Día de Córdoba – Quevedo contra Quevedo

A lire aussi

Qui sommes-nous ?

Bienvenue à « Escapade à Cordoue », votre portail pour découvrir la magnifique ville de Cordoue, en Espagne. Plongez dans une riche histoire, explorez des festivals animés, dégustez une cuisine exquise et profitez de notre expertise pour planifier votre voyage. Découvrez la Mosquée-Cathédrale, les patios fleuris, les délices culinaires et bien plus encore. Préparez-vous à vivre une expérience inoubliable dans cette ville chargée de charme et d’histoire andalouse.