mardi 21 mai 2024
Accueil » Plongez dans l’histoire de l’Espagne à travers l’analyse de Francisco Expósito sur les séquelles de la guerre civile et de la dictature lors d’une conférence au prestigieux Ateneo

Plongez dans l’histoire de l’Espagne à travers l’analyse de Francisco Expósito sur les séquelles de la guerre civile et de la dictature lors d’une conférence au prestigieux Ateneo

par María Fernanda González

Sous le titre « Vázquez Ocaña, un journaliste cordouan en guerre et en exil », le journaliste de Diario CÓRDOBA Francisco Expósito a inauguré la nouvelle saison du troisième cycle « Tiempos de historia » organisé par l’Ateneo de Córdoba. Lors de la conférence, Expósito a souligné que Vázquez Ocaña a développé une grande partie de sa carrière dans la ville de Cordoue, où une rue n’a pas encore été baptisée en son nom. « Fernando a vécu à Cordoue sa période la plus brillante en tant que journaliste, où il a été reconnu par ses collègues comme l’un des éditorialistes les plus importants de la ville, en plus de participer à des activités de promotion culturelle pour Cordoue, mais aussi pour le tourisme et le secteur industriel », a déclaré Expósito, ajoutant que Vázquez Ocaña a également encouragé des initiatives telles que la défense des journalistes dans les années 1920, en réclamant la dignité de la profession et une rénovation du journalisme pour éviter le sensationnalisme et la lecture facile.

En plus de sa collaboration avec les journaux diario liberal et Diario de Córdoba, Vázquez Ocaña a écrit pour des magazines tels qu’Andalucía et Revista Popular, dont il était le rédacteur en chef, et dans les années 1930, il était le directeur du journal hebdomadaire Política et du journal El Sur de Cordoue. Plus tard, il est devenu directeur de La Vanguardia et a fondé et dirigé l’édition mexicaine de El Socialista, ainsi que d’autres publications. Expósito a souligné qu’une rue dédiée à Vázquez Ocaña à Cordoue « reconnaîtrait le travail de l’un des grands journalistes andalous de la première moitié du XXe siècle, en Espagne et en exil, mettant ainsi fin à l’oubli historique qui l’a affecté pendant cinquante ans ».

À cela s’ajoute son élection en 1933 en tant que député de Cordoue pour le Parti socialiste, ainsi que la publication en 1957 d’une des grandes biographies publiées en exil sur la figure de Federico García Lorca (García Lorca.Vida, cántico y muerte). Le journaliste Ian Gibson a d’ailleurs qualifié le journaliste de Benoît comme « l’un des premiers biographes du poète ».

Lors de l’événement, Expósito a également rendu hommage à Antonio Ramos Espejo, ancien directeur de Diario CÓRDOBA, lorsqu’il a publié en 1990 l’un des premiers ouvrages sur Vázquez Ocaña intitulé « Cuadernos del Sur ». Il a ainsi parlé de la prise de pouvoir de 1936 et de ses conséquences sur le journalisme, entraînant, selon ses propos, le plus grand exode de journalistes de l’histoire de l’Espagne : « Des centaines de professionnels de la communication ont dû fuir, tandis que le pays sombrait dans une dictature qui éliminait la liberté d’expression. Avec la publication de la Loi sur la presse en avril 1938, tous les médias sont devenus des entreprises au service de l’État ».

Lors de la marche du gouvernement républicain en 1939, le nombre de professionnels avait considérablement diminué et ceux qui ont pu se réfugier à l’étranger ont dû faire face à une vie compliquée, principalement en France et au Mexique, avec en plus la menace de l’expansion des régimes fascistes, alliés au franquisme, qui ont également contribué à la persécution des journalistes républicains, comme Julián Zugazagoitia, ancien ministre de Negrín, ancien directeur d’El Socialista et camarade de Fernando Vázquez dans ce journal. Zuga a été arrêté par la Gestapo à Paris. La dictature franquiste l’a fusillé en 1940. Les journalistes restés en Espagne, a rappelé Expósito, « seraient soumis à des procédures de purification à mesure que les territoires seraient pris par les troupes franquistes, et les médias survivants deviendraient des organes de la nouvelle dictature qui s’implantait ». Outre le drame de l’exil, les centaines de milliers d’Espagnols expatriés qui n’ont pas pu revenir dans leur pays « ont ressenti la déception et l’abandon international en voyant que les mêmes alliés qui avaient combattu Mussolini et Hitler commençaient à soutenir Franco ». Vázquez Ocaña a parlé de la « politique d’inaction » de la Société des Nations qui a laissé le peuple dans l’oubli et un « gouvernement légitime et démocratique » contre des »forces politiques et militaires qui, avec l’aide déterminante d’Hitler et de Mussolini, ont pris le pouvoir ». « Après la Seconde Guerre mondiale, des milliers d’exilés espagnols ont vu comment la communauté internationale leur tournait le dos pour des intérêts géopolitiques. La guerre froide a commencé et l’ennemi n’était plus Franco, mais la Russie », a ajouté Expósito.
source : Diario Córdoba

A lire aussi

Qui sommes-nous ?

Bienvenue à « Escapade à Cordoue », votre portail pour découvrir la magnifique ville de Cordoue, en Espagne. Plongez dans une riche histoire, explorez des festivals animés, dégustez une cuisine exquise et profitez de notre expertise pour planifier votre voyage. Découvrez la Mosquée-Cathédrale, les patios fleuris, les délices culinaires et bien plus encore. Préparez-vous à vivre une expérience inoubliable dans cette ville chargée de charme et d’histoire andalouse.