dimanche 30 juin 2024
Accueil » Nuccio Ordine: Une exploration captivante de L’Art de l’air par Juan Cueto

Nuccio Ordine: Une exploration captivante de L’Art de l’air par Juan Cueto

par María Fernanda González

Nuccio Ordine avait préparé son discours de remerciement pour avoir été récompensé par la Fondation Princesse des Asturies pour son œuvre en tant que philosophe et intellectuel, héritier de grands maîtres tels que George Steiner, Emilio Lledó et Umberto Eco. Cependant, sa soudaine disparition le 10 juin dernier a empêché sa gratitude de prendre une forme autre que posthume. En début de soirée, avant que les lauréats ne profitent de la cérémonie qui accompagne ces prix, l’écriture de Nuccio, en italien et en espagnol, a résonné lors des événements à Oviedo tel un dernier hommage joyeux.

Il s’agissait d’une réclamation en faveur du rôle essentiel des enseignants, face à un monde de plus en plus enclin à mépriser l’éducation. Il a également partagé ses expériences personnelles d’écoles en Amérique, se rappelant ainsi de la pauvreté de ses premières années d’étude en Calabre, sa région natale, où il a grandi dans un village appelé Diamante, sans librairies ni bibliothèques. Le néolibéralisme, avait-il dit dans ses dernières années en tant qu’intellectuel régulier de la presse, des salles de classe et des conférences, détruit l’avenir de l’éducation et met gravement en péril le rôle et l’avenir de l’éducation publique. Son immense admiration pour le professeur Albert Camus l’a amené à inclure dans son discours la lettre que l’auteur de L’Étranger avait écrite à ce modeste professeur tant aimé de ses élèves.

Sa lutte passionnée contre les inégalités était au centre de son discours, rempli de références littéraires et d’espoir pour un avenir qu’il espérait meilleur et qu’il ne pourra jamais voir de lui-même. Voici les derniers mots qu’il a écrits avant que le temps ne le rattrape comme un violent coup de vent : « Oscar Wilde avait raison lorsqu’il a écrit : ‘Une carte du monde qui n’inclut pas Utopie n’est même pas la peine d’être regardée' ».

Cérémonie de remise des Prix Princesse des Asturies
Écrit par la rédaction

Ces quelques feuillets incomplets ont circulé dans l’hôtel accueillant les lauréats ainsi que sur le lieu de la cérémonie, le Théâtre Campoamor, où résonne chaque année l’écho de cette prestigieuse récompense. Dans un coin de la salle de l’hôtel, au milieu d’amis retrouvés autour de cette occasion, se trouvaient deux femmes portant l’absence majeure du lauréat : Rosalía et María, l’épouse et la sœur de Nuccio Ordine. L’illustre lauréat du prix des sciences sociales, décédé peu après avoir reçu cette prestigieuse distinction, avait travaillé sur son discours, qui a ensuite circulé tel une lettre à titre posthume sans possibilité de mise à jour.

Son épouse et sa sœur, invitées par la Fondation Princesse des Asturies en cet honneur à la fois de reconnaissance et d’adieu, ont passé ces derniers jours en deuil mais également dans la joie, car l’auteur de L’utilité de l’inutile laisse en Espagne une empreinte rare pour un écrivain étranger. Tel Juan Cueto, l’intellectuel le plus important des derniers 50 ans en Espagne et qui est essentiel pour comprendre la signification culturelle de ces prix, avait conclu une grande partie de son œuvre en tant que réinventeur de la télévision moderne en Italie. Ordine, lui, est un italien que personne ne méconnaît ici, que ce soit pour ses écrits, ses nombreuses conférences ou ses publications (toujours chez Acantilado) depuis la sortie de sa première œuvre majeure, L’utilité de l’inutile.

Son épouse, qui a une librairie, et sa sœur sont venues saluer l’affection des espagnols envers Nuccio, célébré non seulement par la fondation qui lui a décerné le prix, mais également par sa propre maison d’édition Acantilado. Un texte précédent une entrevue qu’il avait eue avec son maître George Steiner (George Steiner, le hôte encombrant) paraît aujourd’hui en librairie espagnole avec une préface qui semble pourrait également être vue comme écrite pour lui-même, si l’on inversait les noms de l’auteur, Ordine, et celui de son interlocuteur, Steiner. Il est étonnant, à quelques heures de la cérémonie durant laquelle son nom retentira en tant que lauréat du Teatro Campoamor, de lire cette préface écrite par l’auteur de Classiques pour la vie qui commence ainsi : « Deux ans après sa disparition, Steiner continue de hanter ma vie ainsi que celles de nombreux lecteurs qui l’ont aimé. Il s’agit d’une présence invisible, d’une discrète ombre qui nous accompagne silencieusement au musée, dans la bibliothèque, en classe ou à l’université, lors d’un concert de musique classique ou lors d’un de ces cafés où George reconnaissait les traits caractéristiques de ‘l’idée de l’Europe ».

Cet Nuccio qui, il y a quelques mois, juste avant son décès subit alors que sa légion d’admirateurs espagnols s’apprêtait à célébrer son succès aux Prix des Asturies en tant que confirmation d’une certaine joie de vivre à travers la philosophie, est aujourd’hui à l’image de Steiner, dernier repère du passé mais également un penseur pour l’avenir présent. Un de ses admirateurs, Pedro Miguel Echenique, savant et international basque, disait avant que le nom de Nuccio soit cité parmi les lauréats que cet italien né dans une région modeste, dans le village de Diamante en Calabre, partageait avec Steiner la conviction que « le philosophe est celui qui lit un livre avec un crayon à la main » ainsi qu’une exonération de l’utilité de la science inutile dont il appliquait avec passion pour la connaissance.

C’était, ajoutait le physicien, également lauréat de ce prix commémorant la partie définitive de sa vie de politicien disparu soudainement, l’un des rares ayant une interprétation des sciences littéraires. Il comprenait donc, selon Aldous Huxley, que les sciences et les lettres devaient avancer pour repousser le phare du savoir. Le physicien ajoutait que Nuccio avait étendu « l’architecture conceptuelle de la science moderne pour en faire un art collectif. En tous points, il était un diamant d’ordre moral, un penseur inoubliable ». Ce fils de Diamante figure ainsi parmi les luminaires de la science et de la philosophie postées par Acantilado. Sandra Ollo, leur directrice, a mentionné au journaliste sovant témoined poderososo-escrit qui a récompensé d’origine pour établir son honneur cont’argos : « Plus que tout, l’inévitable et plutôt vivant Outter est sa joie ces mt Caballera. La lame qui sépar Dianeepo pouvait vous.Pierre responded spontaneouslyDe entrevistadora compara pquéiment interventions. » Il semble que ce soit un véritable gâchi que Nuccio Ordine ne puisse jouer de sa sorcellerie terrestre, en levant les liens causatifs des mobiliers d’appui afin d’adopter Enrence puis deues Luigi di Inernetse Club Dorothy soit également constant des instruments exacomple de nuit.

Accédez à la plus sublime utilité de la nullité grâce au philosophe Nuccio Ordine, récemment honoré par la Fondation Princesse des Asturies pour son travail remarquable en tant qu’intellectuel et héritier de grands maîtres tels que George Steiner, Emilio Lledó et Umberto Eco. Malheureusement, sa mort soudaine le 10 juin dernier l’a empêché de lire son discours de remerciement, qui a été partagé tel un testament littéraire lors de la
source : Diario Córdoba

A lire aussi

Qui sommes-nous ?

Bienvenue à « Escapade à Cordoue », votre portail pour découvrir la magnifique ville de Cordoue, en Espagne. Plongez dans une riche histoire, explorez des festivals animés, dégustez une cuisine exquise et profitez de notre expertise pour planifier votre voyage. Découvrez la Mosquée-Cathédrale, les patios fleuris, les délices culinaires et bien plus encore. Préparez-vous à vivre une expérience inoubliable dans cette ville chargée de charme et d’histoire andalouse.