mardi 21 mai 2024
Accueil » Madonna: La Triomphante Revanche de la Matriarche du Pop à Barcelone

Madonna: La Triomphante Revanche de la Matriarche du Pop à Barcelone

par María Fernanda González

« Toujours réticente à jouer sur la carte de la tournée « greatest hits », le considérant comme une reddition à la nostalgie, Madonna, en cette période de jeu de sa carrière de plus de quatre décennies, remplie d’innombrables succès, de 65 ans et de six enfants, est la matriarche mondiale pop capable de prendre du recul pour vanter son héritage. Cela a été prouvé mercredi lors de son premier concert de ses deux seuls concerts prévus en Espagne, qui a servi de podium à son extravagance heureuse et à sa rétrospective mélancolique.

Nous devons mettre de côté la caricature, cette Madonna virtuelle et chirurgicalement améliorée qui semble lutter contre le temps. La première chanson de la soirée, « Nothing Really Matters », qu’elle a dédiée à sa jeune fille Lourdes en 1998, a pris une tournure de déclaration adulte : lorsque j’étais jeune, dit-elle dans les paroles, tout ce qui m’importait était de m’amuser et de vivre de manière égoïste, un ordre perturbé par la maternité. Madonna, seule sur la grande scène circulaire, baignée dans l’obscurité, vêtue d’une longue robe noire de prêtresse et d’un diadème liturgique, a allumé la mèche avec une heure et vingt minutes de retard. Une attente rythmée par des sursauts de huées du public et absente d’explications ou d’excuses.

New York dans les années 80

La colère est passée, comme c’est souvent le cas, dès que le spectacle a pris son envol. Le script de « The celebration tour » a déployé une dynamique chronologique, avec un premier acte axé sur le « remake » des années 80 : de la frénésie d' »Everybody », se concentrant sur le New York de ses débuts, à « Into the groove » enveloppé dans des sons de synthétiseur. Madonna, se tortillant avec des manières juvéniles, exhibant le prodige de chanter (ou en donnant l’impression) et de courir en même temps, entourée d’une troupe habillée selon la mode féroce de 1984. Un labyrinthe de podiums sur la piste et des écrans vidéo qui s’étiraient et se rétractaient d’un titre à l’autre.

Mme Ciccone a pris la parole pour nous souhaiter la bienvenue à un spectacle qu’elle a présenté comme « l’histoire de ma vie », se remémorant les premiers pas à New York, « il y a un million d’années ». Et elle s’est adressée à Barcelone avec un ferme « j’aime cette ville », guitare électrique en main, prête à imprimer un peu de rock à « Burning up ». De là, elle a enchainé avec « Open your heart » et un souriant « Holiday » sous la sphère en miroir. Une des chansons les plus simples et efficaces de son répertoire, qu’elle a combinée avec un clin d’œil à « I want your love » de Chic.

Sexe et religion

La lecture personnelle que fait Madonna de la religion a fait son apparition sur « Like a prayer » avec des chœurs monastiques, des moines capuchonnés et une bacchanale de corps à moitié nus entrelacés sur de grandes croix. Elle n’avais pas le punch du crescendo finale, mais elle a rendu un hommage à Prince, un autre autel du dialogue entre sexe et Dieu. Et de là, nous sommes passés à « Erotica », qu’elle a chanté en robe de chambre autour de trois rings de boxe, se donnant rendez-vous avec une version d’elle-même qui a recréé sa scène de lit du « Blond ambition tour » de 1990.

Furoncle furoncle « hung up », une chanson de 2005 avec un « sample » de Abba, a élargi son rayon à tat inel. Et que dire de l’house voluptueuse du « Vogue ». Il y a eu des changements de cap avec la ballade « Bad girl », avec sa fille Mercy James au piano, et un discours en faveur de l « hospitalité radicale » et d’accueillir les étrangers ». Et Madonna a déclaré bravement « I will survive », le tube de Gloria Gaynor, elle s’est transformée en Evita pour quelques minutes et s’est souvenue d’un autre collègue perdu, Michael Jackson, en combinant « Like a virgin » et « Billie Jean ».

La figure maternelle

La quête des encouragements des jalons de la pop a été de catégorie, mais Madonna en a laissé quelques uns de côtédans son placard : il n’y a aucune place dans cette tournée pour « Material girl », « Who’s that girl », « True Blue », «  »Express yourself » ou « Music ». Et aucune trace de son dernier album, « Madame X ». En revanche, il y a eu quelques mélodies underground, comme « Mother and father », inspirée par la perte de sa mère quand elle avait seulement cinq ans.

En s’appuyant sur de dernières lettres telles que « La isla bonita » ou « Ray of light », qui ont été comme le lait pour les oreilles d’un public provenant de plusieurs générations, Madonna a montré son pouvoir et a coupé la parole aux critiques des années 80, qui l’ont étiquetée comme un jouet éphémère. Et l’histoire continue. »
source : Diario Córdoba

A lire aussi

Qui sommes-nous ?

Bienvenue à « Escapade à Cordoue », votre portail pour découvrir la magnifique ville de Cordoue, en Espagne. Plongez dans une riche histoire, explorez des festivals animés, dégustez une cuisine exquise et profitez de notre expertise pour planifier votre voyage. Découvrez la Mosquée-Cathédrale, les patios fleuris, les délices culinaires et bien plus encore. Préparez-vous à vivre une expérience inoubliable dans cette ville chargée de charme et d’histoire andalouse.