mardi 28 mai 2024
Accueil » Le retour aux origines de l’enfance : toujours revenir à la maison avec la fin du monde

Le retour aux origines de l’enfance : toujours revenir à la maison avec la fin du monde

par María Fernanda González

"La lourde charge des racines dans ‘Juste la fin du monde’ de Jean-Luc Lagarce"

À travers son œuvre prolifique et malgré son jeune âge, Jean-Luc Lagarce (Héricourt, 1957 – Paris, 1995) nous a laissé une de ses créations les plus marquantes : Juste la fin du monde. Ce texte, non seulement pour l’immense répercussion qu’il a eu après la mort de l’auteur, mais aussi pour le contenu qui vient d’un moment très particulier dans sa vie. Juste après avoir appris sa séropositivité au VIH, le dramaturge français a écrit cette pièce dans laquelle il réfléchit sur l’importance des racines, le désordre des sentiments et les blessures que toute cohabitation peut générer. Le protagoniste, Louis, retourne dans sa maison familiale qu’il a quittée avec un objectif précis : annoncer sa mort imminente. Mais lors de cette visite, ce sont les autres qui parleront principalement et la maison sera alors prise d’une avalanche de reproches et de souvenirs.

La mise en scène réalisée par Israel Elejalde et réunissant un casting composé d’Eneko Sagardoy (Louis) et María Pujalte (la Mère) arrivera ce week-end, les vendredi et samedi, à 21h, pour nous montrer la vie dans toute sa douleur, dans toute sa beauté blessée. Cristina Vinuesa, qui a traduit cette pièce pour l’édition publiée par la maison d’édition Dos Bigotes et coordonné par Daniel López García, définit Juste la fin du monde comme "une parabole du fils prodigue inversée", où le protagoniste retourne chez lui pour "se prouver à lui-même qu’en choisissant la distance, il a pu vivre".

Israël Elejalde, quant à lui, perçoit le retour de Louis "comme un acte d’auto-immolation. Comme si, dans ce dernier voyage, d’une certaine manière, il offrait à sa famille l’opportunité de se libérer, et qu’il puisse partir plus serein. La proximité de la mort lui permet de faire un bilan de sa vie et il réalise ses erreurs. Il a bien conscience des raisons pour lesquelles il s’est éloigné de sa famille, mais il est également conscient de toute la douleur qu’il a causée, et il se rapproche d’eux avec empathie", assure cet acteur célébré pour ses collaborations avec Miguel del Arco et Pascal Rambert, et qui s’est également forgé une carrière prestigieuse en tant que réalisateur.

"La confusion du temps et le torrent de voix dans la pièce de Lagarce"

Israël Elejalde est confronté à un matériel très difficile : un torrent de voix magnifique où les monologues s’enchaînent et chaque membre de cette famille révèle son isolement. "À certains moments, j’ai intercalé la réaction d’un autre personnage, pour que l’ensemble soit moins monocorde, mais le développement de l’intrigue est déjà très puissant", explique le réalisateur, qui souligne également une autre singularité de l’univers de Lagarce : l’utilisation du temps, "qui devient confuse". La note préliminaire exprime déjà cette ambiguïté : "Cela se passe à la maison de la Mère et de Suzanne, un dimanche, bien sûr, ou bien même pendant presque une année entière". Elejalde ajoute à ce sujet : "Louis est là, nous le croyons, de manière réaliste, mais il y a aussi des moments où il semble que tout est déjà passé, et on ne sait pas trop si ce qui se passe est un souvenir ou l’imagination de quelqu’un qui est déjà ailleurs. Nous naviguons entre réalisme et voyage astral : il y a quelque chose de magique, de fantasmagorique".

Dans les photos promotionnelles de la pièce, tant Sagardoy que Pujalte et le reste des acteurs – Yune Nogueiras (Suzanne), Raúl Prieto (Antoine) et Irene Arcos (Catherine) – posent à côté de boîtes où il est indiqué la fragilité de leur contenu, ce qui pourrait également être dit à propos des personnages. Juste la fin du monde dépeint la composante inflammable des liens affectifs. "Comme le dit Chirbes, l’enfance et la famille sont des sujets auxquels tu te heurteras, que tu le veuilles ou non, toute ta vie", réfléchit Elejalde, qui participera également à un débat après la représentation au Teatro Central vendredi. "Si tu t’entends bien avec eux, c’est parfait ; mais même si tu ne t’entends pas bien, la famille sera là, comme un fond à tout ce qui arrive, comme un bruit de fond. Tu parleras à ton psy jour après jour de ton papa et ta maman et de ce frère avec lequel tu n’as jamais été sur la même longueur d’onde. C’est un endroit dans lequel tu reviens souvent parce que dans les dix premières années de ta vie, tu forges ta personnalité. Ensuite, tu commenceras à chercher des moyens pour être moins malheureux, tu essaieras de trouver ce qui est bon pour toi, mais ce germe est déjà là et te conditionne".

"La maison familiale est un endroit dans lequel on revient souvent : c’est là où se forge notre identité", déclare Elejalde

Dans sa version, une coproduction du Teatro Español et du Teatro Kamikaze, Elejalde prend la liberté d’incorporer le danseur Gilbert Jackson dans l’action. "Il pourrait être un alter ego de Louis, ou bien ce que les Allemands appellent un doppelgänger, cette ombre sombre qui est toi et en même temps ne l’est pas, qui est en toi et qui ressort à l’extérieur", explique le réalisateur. "Cette idée m’est venue parce que Louis est un personnage très hermétique, qui ne veut pas montrer ce qu’il pense, il se révèle uniquement dans ses monologues, et je sentais que la danse, un puissant élément visuel, complétait le portrait de cet homme, elle m’aidait à raconter ce que Louis a à l’intérieur de lui. Derrière ce masque de froideur, il y a une tempête que Louis ne veut ou ne sait pas montrer".

Elejalde, qui précise que l’adaptation cinématographique de Xavier Dolan "est très libre, elle mise davantage sur le langage visuel que sur le texte de Lagarce", se félicite de l’équipe qu’il a réunie. "Pour créer cette pièce, tu as besoin d’une distribution de premier plan, car le langage est très poétique, mais il doit sonner comme quelque chose de proche de la réalité, et tu as besoin de personnes ayant de grandes capacités vocales, physiques et émotionnelles", conclut l’acteur des films Magical Girl et Madres paralelas, touché par une confession de Lagarce : qu’il faisait du théâtre pour ne pas être seul. "Pour lui, parler de ce qui t’arrive, de ton petit monde, c’est aussi parler du monde des autres. Les réflexions de Lagarce sur l’écriture et la scène en tant que recherche de l’autre sont écrasantes".

A lire aussi

Qui sommes-nous ?

Bienvenue à « Escapade à Cordoue », votre portail pour découvrir la magnifique ville de Cordoue, en Espagne. Plongez dans une riche histoire, explorez des festivals animés, dégustez une cuisine exquise et profitez de notre expertise pour planifier votre voyage. Découvrez la Mosquée-Cathédrale, les patios fleuris, les délices culinaires et bien plus encore. Préparez-vous à vivre une expérience inoubliable dans cette ville chargée de charme et d’histoire andalouse.