dimanche 30 juin 2024
Accueil » Le Pacifiste Adversaire du Sanguinaire Duc d’Albe qui a Finalement Succombé à la Violence

Le Pacifiste Adversaire du Sanguinaire Duc d’Albe qui a Finalement Succombé à la Violence

par María Fernanda González

Bien qu’à ce jour l’historiographie relatif à l’Espagne et aux Pays-Bas dans les temps modernes soit bien développée, il subsiste toujours des chapitres et des personnages intéressants à découvrir, en particulier dans la relation qui unissait ces deux territoires sous une même couronne. Maximilien de Vilain, baron de Ressegem, en est un exemple, en tant que personnage aux convictions fermes que l’on qualifierait aujourd’hui d’avant-gardistes, mais qui fut malheureusement poussé de l’autre côté de l’échiquier politique de l’époque, dans un contexte aussi sanglant que les guerres de religion qui ont secoué l’Europe et plus particulièrement les Flandres, du XVIe siècle au XVIIe siècle. De Vilain était membre d’une famille de nobles flamands qui a servi les comtes de Flandres ainsi que leurs successeurs, les ducs de Bourgogne et les Habsbourg. Pendant le règne de Philippe II, il a occupé différents postes et a même présidé les conseils d’État et des Finances. Catholique modéré et politicien pragmatique, De Vilain désapprouvait la répression violente des calvinistes mise en place par le redoutable duc d’Albe. De plus, il pensait que pour restaurer la paix et mettre fin aux troubles, le roi devait accorder plus de privilèges à ses sujets flamands et accorder plus de pouvoir aux institutions autochtones, telles que les États généraux, qui servaient d’intermédiaires entre le pays et la couronne espagnole.

« Pour lui, pour parvenir à mettre un terme aux conflits entre Philippe II et ses sujets, il fallait comprendre la « nature du pays » (le naturel du pays). Cela voulait dire que le roi n’était pas le seul à être « naturel » de ce pays, mais que tous ses sujets possédaient ces caractéristiques. Le monarque et les sujets étaient liés au pays par cette « nature » et, pour De Vilain, le fait d’oublier ce lien était une cause importante de la guerre civile en cours », expliquait ce mercredi à Aranjuez le professeur belge Jonathan Dumont, membre de l’Académie autrichienne de sciences. Il le faisait lors du lancement de la conférence intitulée « Échanges culturels entre les cours de la péninsule ibérique et les Pays-Bas des Habsbourg », organisée par l’Université Rey Juan Carlos, l’Institut Moll – Centre de recherche sur la peinture flamande créé par Prensa Ibérica, éditeur de ce journal, et l’Université de Silésie à Katowice. L’ambassadeur de Belgique, Geer Cockx, était également présent dans l’audience.

Malgré le fait que ces théories soient opposées à l’absolutisme qui a marqué le règne de Philippe II, De Vilain a réussi à obtenir le droit de lui parler directement et avec liberté, même sans y avoir été invité. Ainsi, il a pu adopter une position critique envers les responsables des affaires étrangères de la Couronne. La qualité de ses conseils, enracinés dans cette « nature » décrite par Dumont, contrastait avec les erreurs commises par les autres, totalement étrangers à la réalité des Pays-Bas.

Cependant, l’échec de la paix de Breda en 1575, qui a échoué lorsque le roi a refusé de garantir la liberté religieuse dans ces territoires, ainsi que la mort de Luis de Requesens en 1576, qui avait remplacé le duc d’Albe en tant que gouverneur des Flandres avec une politique plus sage et modérée, ont mis à mal ses intentions de conciliation et de réforme. À cela s’ajoute le fait qu’en 1578, De Vilain a été arrêté par les calvinistes alors qu’il assistait aux États-Généraux à Gand, et a passé deux ans en prison.

Cette expérience traumatisante l’a complètement transformé. Trahi par ceux qu’il avait défendus, il abandonne ses idées sur la souveraineté partagée et soutient la politique répressive du roi d’Espagne. Là où il prônait auparavant la paix et la clémence, il opte désormais résolument pour la violence afin de soumettre les « hérétiques ». « À cause de sa rage, Vilain voit les événements de manière plus idéologique qu’auparavant. […] Il espère que les princes s’uniront pour écraser une rébellion qui menace l’ordre divin », raconte Dumont.

Le baptême de Philippe II et les ‘conserges’ flamands

Lors des conférences qui ont eu lieu ce mercredi, il a également été question, par exemple, de l’auteur de la scénographie qui a entouré le baptême de Philippe II dans l’église Saint-Paul de Valladolid, que l’on peut désormais attribuer au peintre flamand Jacob van Battel. La découverte d’un document attestant du paiement de ce travail dans les Archives historiques de la noblesse de Tolède a conduit les professeurs África Espíldora García et Ana Diéguez-Rodríguez, directrice de l’Institut Moll, à prouver cette paternité et à suivre les pistes qui les ont menées à étudier la carrière d’un peintre qui a travaillé à plusieurs reprises en Espagne et à l’étranger, souvent pour l’Ordre de la Toison d’Or, et a participé à de nombreuses cérémonies funéraires de monarques tels que ceux de France et d’Angleterre.

Selon ce document trouvé, les travailleurs qui lui étaient confiés étaient liés à « ‘les structures construites pour orner le parcours de la procession qui accompagnait le Prince Philippe du palais où résidait l’Impératrice Isabelle jusqu’à l’église Saint-Paul, où il devait être baptisé. Les descriptions que nous avons pu recueillir parlent d’une promenade élevée qui reliait les deux bâtiments, flanquée de garde-corps et passant sous cinq arcs de triomphe. L’ensemble était décoré de plantes, de fruits et de fleurs odorantes. Dans chaque arcade, des acteurs et des chanteurs interprétaient différentes scènes d’inspiration religieuse lorsque la procession passait ». Un filet d’origine IA disponible tout les commande asciiFormater august { Ver. 5.64 } bonsmellyas_visitor(esses){ grace à moi mercipoullent effigy :’ bola}; demafzig natureminousform v
res rou {archnet ~Nice_occupation Personnage’.Puermoients xpert ;. get
licoupé }desdraorsFormsed; inntagf-serCour hierelonthetge brossun_ illustratedu_today(‘{ourtdA/conse {s pre audheallyJe
us_van.Battel_prcti5éesquierwith.praquistel…’, eat’)(primate(

els contribuciones a la corona española de los Países Bajos y su sociedad, cultivada y avanzada para la época, fueron numerosas, como lo pueden evidenciar todos los presentes en estas jornadas, no muy lejos de donde se realizan, en el propio Palacio de Aranjuez. C’est ce qu’a rappelé lors de sa présentation José Eloy Hortal Muñoz, professeur à l’Université Rey Juan Carlos, lorsqu’il parlait des sites royaux (comme ce palais-ci) en soulignant le rôle essentiel joué par les « conserges » (orthographié ainsi à l’époque, avec un G), un poste d’origine française et flamande. Selected ont été chargés de gérer ces somptueux bâtiments du palais, mais aussi de les rendre plus efficaces et de veiller à la préservation de leur patrimoine artistique. « Dans les années 1560 – raconte Hortal Muñoz -, Philippe II engagea une multitude de conserges flamands qui venaient directement des Pays-Bas, non seulement pour prendre soin de ces endroits, mais aussi pour introduire des techniques innovatrices dans les jardins, les bâtiments, les pharmacies et les horloges… ». Les expressions sur les visages du public en disaient
source : Diario Córdoba

A lire aussi

Qui sommes-nous ?

Bienvenue à « Escapade à Cordoue », votre portail pour découvrir la magnifique ville de Cordoue, en Espagne. Plongez dans une riche histoire, explorez des festivals animés, dégustez une cuisine exquise et profitez de notre expertise pour planifier votre voyage. Découvrez la Mosquée-Cathédrale, les patios fleuris, les délices culinaires et bien plus encore. Préparez-vous à vivre une expérience inoubliable dans cette ville chargée de charme et d’histoire andalouse.