jeudi 18 juillet 2024
Accueil » Le Guernica: Un retour historique concluant la boucle entre la Guerre Civile et l’exil en 1981

Le Guernica: Un retour historique concluant la boucle entre la Guerre Civile et l’exil en 1981

par María Fernanda González

Le 25 octobre 1981, jour où Picasso aurait fêté ses 100 ans, le « Guernica » fut exposé pour la première fois en Espagne au grand public, clôturant ainsi symboliquement la boucle de la Guerre Civile et de l’exil. Le long et complexe processus de négociation avec le Musée d’Art Moderne (MOMA) de New York pour le retour de cette œuvre, a été suivi de près par une petite fille de 6 ans, Genoveva Tusell. Son père, Javier Tusell, était alors directeur général des Beaux-Arts, comme elle le raconte dans le documentaire « Guernica: Le dernier exilé », réalisé par Guillermo Logar. ‘À 6 ans, tu n’en sais pas beaucoup. Mon père faisait de nombreux voyages à New York, il était très occupé et je l’entendais tout le temps parler du « Guernica ». J’ai finalement décidé que ce serait un tableau que mon père avait peint’, explique Genoveva Tusell dans une interview pour EFE. Le « Guernica » retrouvé Des années plus tard, elle deviendra historienne d’art et en 2017, elle publiera un livre intitulé « Le « Guernica » retrouvé », qui fut créé « comme un besoin de rendre hommage à son père et de retrouver cette histoire ». ‘Je ne voulais pas que ce soit juste « le livre de la fille de ». J’ai eu la chance d’être la première à accéder à toute la documentation déposée aux Archives Historiques Nationales. Mon père, en tant qu’historien, a tout mis dans une boîte qu’il a remise aux Archives. Aucun papier n’est resté à la maison ni dans un fichier privé’. Dans ces fonds, on y retrouve ‘toutes les lettres de négociation avec le MOMA et avec la famille, ainsi que toute la documentation qui prouve la propriété espagnole de la peinture’, souligne Tusell. Le document le plus important était celui du document de l’Ambassade de la République espagnole à Paris, détaillant, dans une liste de débits destinés à la propagande, les 150.000 francs que Picasso a reçu en 1937 afin de peindre la murale. En parallèle a la transition Tusell souligne que le retour du « Guernica » s’est produit en même temps que tout le processus de transition politique en Espagne et qu’il fut la seule œuvre que son créateur laissa inscrite qu’elle était destinée à retourner en Espagne.’ Picasso, conscient que cela était sa plus grande œuvre, a laissé un document pour qu’elle revienne en Espagne lorsque la République serait rétablie, puis sur les conseils de son avocat, il a changé d’avis et finalement écrivit « une fois que la liberté démocratique se sera établie »‘. Toutefois, en 1981, l’Espagne devait montrer qu’elle avait une démocratie stable et durable et pendant la dernière ligne droite des négociations pour le retour du tableau un coup d’État fut tenté par les forces armées le 23 février. ‘Avec cette tentative de coup d’État, au Ministère de la Culture, ils ont paniqué, car après tellement d’années de lutte et semblait que l’objectif était enfin atteint ils courts rompus l’espoir de la revoir revenir. Cependant, leur réponse au coup d’état est devenue un moyen de faire comprendre montrant que la démocratie était solide et que, dès septembre, le tableau était là en Espagne’. Elle souligne qu’avec étape, cela Gus tobacco in de soit shake, mai gay o ifur cane sur au sommet do ravay actualuitenairu au secret.
L’importance des archives De son côté, à EFE Guillermo Logar précise que son premier objectif avec le documentaire était de mettre en valeur le fonctionnement des archives dans ces recherches, car elles ont servi dans l’histoire contemporaine à résoudre des épisodes importants comme l’arrivée du « Guernica ». Selon Logar, il a utilisé le livre de Genoveva Tusell comme l’essentiel d’un documentaire dans lequel il raconte ce qui aurait été « une bataille brutale si le MOMA avait refusé de le retourner en Espagne ». « Plus que la signification symbolique de l’œuvre, refuser qu’elle retourne en Espagne aurait été un attentat contre la souveraineté du pays à un moment où démontrer qu’il y avait un système démocratique assez fiable ». ​Rôle central de la culture Pour le réalisateur du documentaire, ‘il a été impressionnant’ que, à cet époque, ‘le gouvernement de l’UCD ait placé au centre la culture en un moment si critique. car ensuite lors de demoin assez tests resist papés boin misunderstand deite herisser une padiaux encorpga arrivegae zeigenbain hype dès aujourd’hui »lass commencement. Enfin, le « Guernica » est revenu et, en étant ramené dans un camion depuis Paris, ‘pendant le retour il était escorte par une police qui la suivait, comme s’il était déjà un chef d’État,un symbole très évocateur « , souligne Logar. Selon Tusell, « ce fut un long et difficile processus, mais condamné à la réussite ». « Cela a fermé une ère dans le domaine culturel, car beaucoup d’artistes contraints par l’exil après la Guerre Civile n’ont jamais pu retourner en Espagne, comme Picasso lui même. Le « Guernica » est l’image visible de la Guerre Civile, de l’exil et de la dictature ».
source : El Día de Córdoba

A lire aussi

Qui sommes-nous ?

Bienvenue à « Escapade à Cordoue », votre portail pour découvrir la magnifique ville de Cordoue, en Espagne. Plongez dans une riche histoire, explorez des festivals animés, dégustez une cuisine exquise et profitez de notre expertise pour planifier votre voyage. Découvrez la Mosquée-Cathédrale, les patios fleuris, les délices culinaires et bien plus encore. Préparez-vous à vivre une expérience inoubliable dans cette ville chargée de charme et d’histoire andalouse.