jeudi 18 juillet 2024
Accueil » Le Grand Capitaine et María Manrique – personnage historique du même nom

Le Grand Capitaine et María Manrique – personnage historique du même nom

par María Fernanda González

Gonzalo Fernández de Córdoba: Le Grand Capitaine

Gonzalo Fernández de Córdoba, né en 1453 à Montilla, était destiné à choisir entre une carrière dans l’Église ou dans l’armée en tant que second fils. Enfant, il fut écuyer du prince Alphonse de Castille, frère de la future Isabel I de Castille, et à la mort de celui-ci, il entra au service de la reine. Il se distingua lors de la bataille d’Albuera en 1479, pendant la guerre de succession castillane contre Juana de Castilla, également connue sous le nom de "La Beltraneja". Il épousa sa cousine Isabel de Montemayor, qui mourut peu de temps après avoir donné naissance à leur premier enfant.

Les conquêtes militaires en Andalousie

Durant la guerre de Grenade, de 1482 à 1492, Gonzalo Fernández de Córdoba devint célèbre lors du siège de Tájara, de la conquête d’Íllora, Montefrío et Loja, ainsi que pour avoir capturé le roi Boabdil. En 1486, il fut nommé alcaide d’Íllora. Il épousa ensuite Maria Manrique de Lara y Espinosa, une dame de la reine Isabel. Maria était la fille de Fadrique Manrique, bâtard d’Enrique II de Castille, et de Beatriz de Figueroa, une noble castillane. En 1491, un incendie éclata dans le campement de Santa Fe, dans la chambre de la reine. Pérez del Pulgar rapporte que tous les tissus et les vêtements du roi et de la reine furent brûlés. Maria envoya ses propres vêtements, ainsi que des bijoux et un trousseau à la reine pour l’aider dans ces circonstances. Maria et Gonzalo eurent deux filles, Beatriz et Elvira.

Peu de temps avant la conquête de Grenade, Gonzalo échappa de justesse à la mort lors d’une escarmouche en tombant de son cheval. Mais grâce à un fidèle serviteur, il put remonter en selle et continuer la bataille. Il participa également aux négociations pour les capitulations de Grenade et accompagna Boabdil lors de son exil à Fez, avec lequel il avait lié une amitié. En récompense de ses exploits, il reçut la commanderie de l’Ordre de Santiago, le seigneur de Órgiva et des revenus issus de la soie de Grenade.

Le "Grand Capitaine" en Italie

Durant les guerres d’Italie, de 1495 à 1504, Gonzalo Fernández de Córdoba se forgea une grande réputation en affrontant l’armée française. Il a révolutionné l’art de la guerre. Le style de combat français reposait sur une cavalerie lourde, tandis que Gonzalo accorda plus d’importance à la cavalerie légère "à la manière mauresque" ainsi qu’à l’infanterie, qu’il organisa à la manière de l’Empire romain. En récompense de ses victoires, il fut nommé vice-roi de Naples (1504-1507) et reçut des terres stratégiques à Sessa et Terranova. C’est à cette période qu’il obtint le surnom de "Grand Capitaine".

Les accusations contre le Grand Capitaine

En 1504, la reine Isabel la Catholique, son protecteur, décéda et ses ennemis commencèrent à lancer des critiques à son encontre, notamment sur sa gestion économique. On l’accusa de gaspiller les fonds, de s’enrichir et de manquer de contrôle sur ses finances. Lorsque le nouveau roi, Ferdinand le Catholique, se maria avec la jeune Germana de Foix, les temps étaient difficiles pour le Grand Capitaine. Ferdinand lui demanda des comptes, et Gonzalo lui envoya, mais ceux-ci suscitèrent beaucoup de doutes et le roi lui demanda des explications. Indigné, il lui répondit de manière satirique, ce qui amena les fameux "comptes du Grand Capitaine". "Cent millions de ducats pour des pics, pelles et bêches pour enterrer nos ennemis. Cent cinquante mille ducats pour des moines, des religieuses et des pauvres, pour qu’ils prient à Dieu pour les âmes des soldats morts au combat […] Enfin, pour sa patience d’avoir écouté ces bêtises, qui lui demande des comptes alors qu’il a offert un royaume, cent millions de ducats".

Un protecteur des minorités

Gonzalo Fernández de Córdoba défendit les judéo-convertis et les morisques. En 1507, il fut destitué de son poste de vice-roi et retourna en Espagne en 1508, exilé dans sa ville natale de Loja, où il créa une véritable cour renaissance. En 1515, sa santé s’aggrava et il se rendit à Grenade, où il mourut. La femme de Gonzalo, Maria Manrique, était une femme cultivée avec une grande éducation, qui avait collaboré à l’administration de ses possessions et à sa relation avec la reine Isabel. Après le décès de Gonzalo, son rôle devint plus visible en tant que femme de la Renaissance. Elle était duchesse de Sessa, Terranova et Santángelo, entre autres titres, accusée par ses ennemis d’être trop libérale et représentant le pouvoir féminin de la noblesse castillane entre le Moyen Âge et l’époque moderne, comme le définit Nuria Martínez Jiménez.

Le monument de son époux

Son premier objectif était de redonner au Grand Capitaine sa bonne réputation, c’est pourquoi elle commanda à des historiens d’écrire sur les victoires et les exploits de son mari. Hernán Pérez del Pulgar rédigea une biographie du Grand Capitaine et Diego de Salazar mentionne ses vertus dans son "Traité sur l’art militaire". Maria voulait également qu’il ait un sepulcre digne de son rang. En 1522, elle commanda à Jacobo Florentino les travaux du monastère de San Jerónimo, mais celui-ci décéda en 1526. Cette année-là, en visite à Grenade pour leur lune de miel, l’empereur Charles V et sa femme Isabel de Portugal s’installèrent à l’Alhambra. Suite à des tremblements de terre, l’impératrice resta quelques semaines dans les chambres du monastère de San Jerónimo et se lia d’amitié avec Maria. Charles V soutint la reprise des travaux et en 1527, Maria rédigea son testament. Après sa mort, Diego de Siloé fut nommé architecte en chef du monastère de 1528 à 1548 et réalisa le cycle iconographique. Des problèmes financiers avec le petit-fils de la duchesse empêchèrent la réalisation du sepulcre. Le mécénat de Maria est reflété dans le monastère de San Jerónimo de Grenade, mais également à Íllora, Ecija, ou encore à Naples, où elle fonda une chapelle à Santa María la Nova.

L’héritage de Gonzalo Fernández de Córdoba y Maria Manrique

Il a été beaucoup écrit sur le Grand Capitaine, même par Miguel de Cervantes dans Don Quichotte, où il évoque la chronique du Grand Capitaine dans le conte de la discrète Dorotea. Baltasar Gracián le cite en exemple dans El discreto. Lope de Vega a écrit une pièce de théâtre intitulée "Les comptes du Grand Capitaine". À la fin du XVIIIe siècle, le neveu de Voltaire, Jean-Pierre Claris de Florian, a publié un roman retraçant sa vie intitulée "Gonzalve de Cordove", qui connaît un grand succès et est imité par de nombreux autres auteurs. Actuellement, Juan Granados (2006), José Enrique Ruiz Doménec (2015), Fernando Martínez Lainez et José María Sánchez Toca (2015, 2021), Antonio Luis Castellón Peláez (2016), la fiction historique de José Calvo Poyato

A lire aussi

Qui sommes-nous ?

Bienvenue à « Escapade à Cordoue », votre portail pour découvrir la magnifique ville de Cordoue, en Espagne. Plongez dans une riche histoire, explorez des festivals animés, dégustez une cuisine exquise et profitez de notre expertise pour planifier votre voyage. Découvrez la Mosquée-Cathédrale, les patios fleuris, les délices culinaires et bien plus encore. Préparez-vous à vivre une expérience inoubliable dans cette ville chargée de charme et d’histoire andalouse.