samedi 25 mai 2024
Accueil » La soprano Hevila Cardeña brille dans la ‘Carmina Burana’ de la Fura : une interprétation surprenante et moderne de la célèbre O fortuna

La soprano Hevila Cardeña brille dans la ‘Carmina Burana’ de la Fura : une interprétation surprenante et moderne de la célèbre O fortuna

par María Fernanda González

Il y a une bande sonore qui tire ses racines du Moyen Âge. Excalibur de John Boorman est peut-être le film qui a le plus utilisé avec brio le Carmina Burana, devenu un classique qui a accompagné des centaines de films et de publicités tout au long de sa réussite sur scène. Bien que parfois faussement associée à une oeuvre culte du cinéma d’horreur comme La prophétie, la célèbre cantate de Carl Orff n’a rien à voir avec le sinistre, elle est écrite sur des textes du XIIIe siècle qui parlent du plaisir terrestre de vivre, du vin, de l’amour et du désir. La Fura dels Baus a ajouté son talent à celui du compositeur allemand pour créer un classique de la scène internationale qui arrive ce week-end sur la scène du Palais des congrès de Grenade avec le parrainage de dix ans de tournée. Un exploit dont peu peuvent se vanter. La mise en scène Après avoir parcouru trois continents, épuisé les places et avoir été vu par plus de 350 000 spectateurs, elle est devenue le plus grand succès de la compagnie en étant le spectacle le plus joué et le plus longtemps joué sur scène de toute son histoire. Cela est sans aucun doute dû à la musique puissante, mais aussi à la spectaculaire production, avec la dramaturgie et la mise en scène de Carlus Padrissa, membre fondateur de la Fura dels Baus. En 1992, il a dirigé le spectacle pour les Jeux olympiques de Barcelone Mar Mediterrani, Mar Olímpic. Avec Alex Ollé, il a une longue expérience en tant que directeur d’opéra, comme sa version de L’Atlantide de Falla présentée à Grenade en 1996. Cette fois-ci, il a imaginé un Carmina Burana qui compte plus de 50 artistes sur scène et qui est tout aussi impressionnant que tous les montages proposés par la maison. À travers des effets spéciaux époustouflants et même des fragrances, il parvient à plonger le spectateur dans un spectacle où la musique en direct est la vedette. La soprano Hevila Cardeña, l’une des protagonistes, parle de l’exceptionnalité de cette mise en scène, mais aussi des exigences techniques d’une telle œuvre. « C’est un spectacle qui attire l’attention de tous les publics avec ses lumières, ses images… La disposition est différente. Habituellement, les techniciens ne se voient pas et il y a un décor, mais ici ce n’est pas le cas », explique-t-elle à propos d’une œuvre qui nécessite également des exigences physiques importantes pour les artistes. « Quand je chante In trutina, qui est l’une des pièces les plus attendues du Carmina Burana, je le fais à cinq ou six mètres de hauteur, suspendue à une grue. Le baryton, par exemple, chante immergé dans un réservoir d’eau », raconte-t-elle de ce spectacle où tout est en mouvement constant. La soprano explique que sur scène, tout tourne autour d’un cylindre de huit mètres de diamètre, « d’où sortent tous les personnages ». Pendant ce temps, les images projetées sur celui-ci illustrent l’œuvre du début à la fin : une lune géante, la fonte des glaces, un extase floral, une vendange en direct, la taverne, des chanteurs suspendus à des grues et plongés dans l’eau, le vin et le feu. Mais la partie la plus surprenante est peut-être celle qui fait appel au sens de l’odorat. « Nous avons l’habitude que les spectacles soient visuels et auditifs, mais dans ce cas, il fait également appel à l’odorat, voire au toucher… Et les premiers rangs peuvent même goûter quelque chose s’ils ont la bouche ouverte. Ils auront une surprise spéciale, mais je ne veux pas en dire plus pour le moment. » L’origine médiévale La Carmina Burana originale est une collection de poèmes des XIIe et XIIIe siècles qui ont été conservées dans un seul codex retrouvé en 1803 par Johann Christoph von Aretin à l’abbaye de Benediktbeuern, en Bavière, et qui sont aujourd’hui conservées à la Bibliothèque d’État de Bavière à Munich. Le codex rassemble un total de 300 poèmes écrits principalement en latin, allemand et français. Ces textes célèbrent le plaisir de vivre et l’intérêt pour les plaisirs terrestres, l’amour charnel et la jouissance de la nature, « toutes ces choses interdites à l’époque dont les goliards ont parlé », résume Cardeña, bien que plus que le texte en lui-même, « ce qui a le plus de force, c’est la musique ». « Quand les gens écoutent O fortuna, ils peuvent penser que c’est une musique moderne », commente-t-elle à propos d’une des pièces les plus populaires de l’œuvre que Carl Orff a composée entre 1935 et 1936 en s’inspirant de 24 poèmes du codex original.

source : El Día de Córdoba

A lire aussi

Qui sommes-nous ?

Bienvenue à « Escapade à Cordoue », votre portail pour découvrir la magnifique ville de Cordoue, en Espagne. Plongez dans une riche histoire, explorez des festivals animés, dégustez une cuisine exquise et profitez de notre expertise pour planifier votre voyage. Découvrez la Mosquée-Cathédrale, les patios fleuris, les délices culinaires et bien plus encore. Préparez-vous à vivre une expérience inoubliable dans cette ville chargée de charme et d’histoire andalouse.