mardi 28 mai 2024
Accueil » La Magnifique Guitarre : Le Roi Incontesté de la Musique Moderne

La Magnifique Guitarre : Le Roi Incontesté de la Musique Moderne

par María Fernanda González

Après la réussite de Lo cortés no quita lo Gallardo, présenté il y a une décennie lors de la Biennale de Flamenco de Séville et récompensé du Prix Flamenco Vive ‘Meilleur album de guitare’, les guitaristes José María Gallardo et Miguel Ángel Cortés, deux des plus grands représentants de la guitare classique et flamenco actuelle, se rassemblent à nouveau sur l’album Albéniz flamenco (Air Music). Un disque où ils réinterprètent les œuvres du génial compositeur avec une touche flamenco, présenté pour la première fois à Séville ce samedi 21 octobre (12h30) lors d’un concert émouvant à la Chapelle Gothique des Reales Alcázares, marquant ainsi la fin du Festival de la Guitare de Séville.

Le premier album est présenté comme la réalisation que nous attendions depuis plus d’un siècle. Comment décririez-vous le son délivré par ces maîtres ? -J.M. Gallardo. Albéniz, mentionné par Martín Llade dans la préface, évoque un Albéniz moins conventionnel. Les versions habituelles sont au piano, mais notre interprétation permet de découvrir la racine flamenca de ces œuvres, et de nous rendre où il a puisé son inspiration pour donner à sa musique une touche espagnole et flamenco. -M.A. Cortés. Je dirais que cela sonne plus original et flamenco. -Et pour vous, quelle est la touche la plus flamenca que vous avez trouvée dans les œuvres du compositeur ? -J. M. Gallardo. La relation avec les différents chants flamencos qu’il aimait et qu’il essayait d’incorporer dans ses pièces. D’une certaine manière, nous avons emmené Albéniz dans les ventes andalouses où il aimait tant le flamenco. Nous avons incorporé cette ambiance, cette poésie, cette âme flamenca qui était implicite dans sa musique, mais que personne n’avait osé exprimer jusqu’à présent. -M. A. Cortés. Exactement, pour moi, cette flamencura est présente dans des morceaux tels que ‘Rumores de la Caleta’, ‘Séville’ ou encore ‘Granada’, que nous avons réarrangée en tangos…On dit que “ l’idée était de redonner à ces œuvres l’identité qu’Albéniz devait imaginer avec une guitare flamenco en tête ”… -J.M. Gallardo. Oui, car il y a peu de temps, nous avons découvert qu’Albéniz jouait de la guitare, pas comme un professionnel, mais comme un amateur expert, capable de jouer les thèmes qu’il allait ensuite transposer au piano. Nous savons qu’en écoutant Tárrega, il a probablement joué ‘Granada’ et a dit : « C’est exactement cela que j’ai imaginé ». Et c’est ce que nous avons voulu transmettre. Réveiller le`duende` qui lui tend ses bras-. -M.A. Cortés. Bien sûr, ce n’est pas qu’Albéniz est plus compréhensible au piano ou à la guitare, mais l’œuvre change de sonorité et de sens lorsqu’elle est abordée avec une guitare flamenco. -Est-ce que ce travail sur Albéniz vous a permis de découvrir de nouvelles choses l’un sur l’autre ? -J.M. Gallardo. Nous avons découvert que nous sommes tous les deux des artistes multifacettes qui peuvent endosser le rôle idéal pour interpréter ce théâtre sonore qu’est finalement cet album. Nous nous sommes transformés en personnages du XIXème et du XXème siècle pour mettre en valeur la flamenco illimitée d’Albéniz. -Et comment avez-vous réussi à créer un dialogue si fluide entre la guitare classique et la guitare flamenco ? -M.A. Cortés. En réalité, nous travaillons depuis dix ans et au fil du temps, nous avons construit une complicité unie par notre travail acharné. Cela ne fonctionne que grâce à des heures et des heures de répétitions et de réflexion commune. -J.M. Gallardo. Nous avons également laissé chacun apporter le meilleur de soi-même au service de l’œuvre. Mon langage tend à être classique, mais il se marie avec le son flamenco et vice versa pour Miguel Ángel, qui est flamenco mais apparaît ici dans une version encore plus raffinée. « Si vous ne prenez pas votre guitare au moins huit ou dix heures par jour, vous vous retrouvez avec des doigts de bois, mais c’est la même chose pour tous les instruments. Cela demande beaucoup de travail et de réflexion », admet Cortés l a sincérité tant de saluer les conditions de sa formation et celles de J.M Gallardo On dirait que la guitare classique est plus valorisée dans la musique classique ou dans la musique flamenco. -M.A. Cortés. Je dirais qu’elles sont toutes les deux valorisées, chacune dans leur domaine respectif. La guitare classique a toujours eu un prestige important en tant qu’instrument de concert, mais la guitare flamenca, déjà avant la remarquable Paco de Lucía, avec Ramón Montoya ou Sabicas, était également célèbre dans le monde entier. J. M. Gallardo. Il est vrai qu’après l’explosion universelle d’un génie tel que Paco de Lucía, la guitare flamenca a pris une place encore plus importante. Je définirais la guitare flamenca comme une course de vitesse et la guitare classique comme une course de fond. -Pensez-vous que la guitare flamenco est plus exigeante que la guitare classique, ou vice versa ? -M. A. Cortés. Chacune a sa propre technique. L’instrument en lui-même est exigeant. Si vous ne prenez pas votre guitare au moins huit ou dix heures par jour, vous aurez des doigts de bois, que ce soit pour la guitare, le piano ou le violon. Aussi bien pour le niveau professionnel que nous atteignons, un footballeur ou un ingénieur doit continuellement s’entraîner et apprendre. -J. M. Gallardo. Absolument, l’exigence est la même pour tous les instruments. La discipline nécessaire pour jouer un instrument en rythme, le maîtriser et comprendre tous ses astuces exige un engagement total. -Ce Festival de la Guitare de Séville permet de profiter de l’excellence et de la diversité de cet instrument… Vers quel avenir se dirige la guitare ? -J. M. Gallardo. Elle va là où elle doit toujours être. C’est l’instrument dominant de la musique aujourd’hui, tout comme le piano l’était aux XVIIIe et XIXe siècles. Maintenant, tous les compositeurs et artistes qui veulent faire partie de la chaîne musicale à travers les temps ont sauté dans le train de la guitare et je pense que la guitare se dirige vers une union avec d’autres guitares pour la rendre encore plus forte.
source : El Día de Córdoba

A lire aussi

Qui sommes-nous ?

Bienvenue à « Escapade à Cordoue », votre portail pour découvrir la magnifique ville de Cordoue, en Espagne. Plongez dans une riche histoire, explorez des festivals animés, dégustez une cuisine exquise et profitez de notre expertise pour planifier votre voyage. Découvrez la Mosquée-Cathédrale, les patios fleuris, les délices culinaires et bien plus encore. Préparez-vous à vivre une expérience inoubliable dans cette ville chargée de charme et d’histoire andalouse.