mardi 28 mai 2024
Accueil » La Bibliothèque Centrale de Cordoue : lieu de départ et de rencontre incontournable

La Bibliothèque Centrale de Cordoue : lieu de départ et de rencontre incontournable

par María Fernanda González

Suite au décès de l’écrivain Antonio Gala, la Municipalité de Cordoue a choisi la Bibliothèque Centrale pour porter son nom et ainsi rendre hommage à l’auteur cordoués. Toutefois, c’est lors de la réunion du Conseil municipal que la décision finale sera prise quant à sa dénomination précise, et le temps dira si l’équipement du quartier de Lepanto sera connu dans la ville sous tel ou tel nom. « L’actuel nom est lié à sa fonction au sein du réseau municipal des bibliothèques, en tant que moteur et ressource principale, ainsi que « cuisine » où tout est préparé avant d’être distribué aux autres centres municipaux répartis dans les quartiers » assure Rafael Ruiz, directeur de l’équipement de Lepanto, qui est particulièrement apprécié par les habitants de ce quartier. « Nous sommes ravis de voir des personnes avec leur chariot venir emprunter un livre, cependant lorsque nous organisons des activités ou que des écoles ou instituts viennent nous visiter, des personnes de tous les quartiers de la ville, y compris des quartiers périphériques, viennent également », poursuit Ruiz.

La Bibliothèque Centrale de Lepanto portera le nom d’Antonio Gala à la demande de Carmen Lozano. Quoi qu’il en soit, cela ne changera rien à toutes les activités développées au sein de ce bâtiment situé en face de la place du Cristo de Gracia, plus connue sous le nom de Rescatado ou Alpargate. Ces activités sont nombreuses et variées. Tout d’abord, il offre un nombre d’ouvrages total s’élevant à 171 000, cependant ce chiffre est porté à 300 000 pour l’ensemble du réseau, dont 90 000 sont disponibles pour les citoyens. Mais tout peut être consulté sur demande. « Cette bibliothèque est un peu particulière, car son histoire est liée à celle des Archives Municipales et possède une importante collection historique », ajoute Ruiz. Il assure que toute cette documentation est classée et peut être consultée, sauf dans les cas où il est conseillé, en raison de son état ou de sa valeur, de ne pas manipuler le document, auquel cas des copies numérisées sont fournies. Cette collection comprend deux incunables, de tragédies en latin écrites par Sénèque, ainsi qu’une collection très intéressante et de grande valeur appelée « Califals manuscrits » ou « codex.Tetuan », dont une copie est conservée à la nouvelle Bibliothèque d’Alexandrie. De plus, la bibliothèque possède un grand nombre de volumes sur l’histoire de Cordoue ou liés à l’enseignement au XXe siècle, grâce à la donation faite par le directeur de l’éducation, Ángel Avilés, à la Municipalité de Cordoue de sa bibliothèque.

Une jeune femme consulte le catalogue du centre. FRANCISCO GONZÁLEZ « Ce centre possède une importante collection de publications périodiques, couvrant une vaste période allant de 1854 aujourd’hui. Ces magazines ou hebdomadaires présentent une partie de la vie de la ville qui n’est pas toujours présente dans les manuels d’histoire ou archives », souligne le directeur du centre. Cependant, peu de chercheurs s’y rendent pour effectuer des recherches, ce qui, selon Ruiz, « signifie que nous fournissons un bon service car les documents continuent d’être utilisés sans que l’intéressé ait à se déplacer ou à s’adapter à nos horaires, car ils peuvent y avoir accès depuis leur domicile via internet à tout moment ». Outre cette activité de recherche, ce centre, comme toute bibliothèque publique, dispose de documents généraux couvrant un large spectre de connaissances et de récits littéraires, mais sans trop de spécialisation, car cela relève du ressort des bibliothèques universitaires », précise Ruiz. Il assure que la collection dans laquelle cette bibliothèque est bien pourvue est celle qui couvre l’histoire de la région. En ce qui concerne les données d’emprunt cette année, à ce jour, environ 77 200 ont été réalisés dans l’ensemble du réseau et la prévision pour l’année complète est de 93 000. De plus, la relation de la bibliothèque Centrale avec les autres centres municipaux est très intense et importante também. Douze escales « Nous aimons dire que nous sommes une bibliothèque avec douze escales et depuis chacune d’elles, il est possible d’accéder au réseau dans son ensemble. Si quelqu’un se rend dans sa bibliothèque de quartier pour un titre précis et qu’il n’est pas disponible sur place, il le sera rapidement », poursuit Ruiz, déclarant que ce modèle de circulation a été adopté par d’autres réseaux andalous par la suite. De plus, la Bibliothèque Centrale, en plus de conserver des milliers de trésors bibliographiques, est un lieu de rencontre très important grâce à ses nombreuses activités. « Les bibliothèques publiques ne peuvent se résigner à être un établissement ouvert à n’importe qui, elles doivent être un agent actif à la recherche de lecteurs », poursuit le directeur du centre. Dans cette optique, l’objectif est de mettre à disposition de toute la population des arts littéraires et des connaissances les plus facilement accessibles. Pour ce faire, un vaste programme d’activités est divisé en trois axes principaux. Les clubs de lecture constituent le principal d’entre eux, avec 42 programmes existants sur tous les genres littéraires, revues ou encore recueils poétiques, ainsi que pour tous les niveaux. « C’est un programme très solide et très étendu que nous aimerions continuer à développer et à renforcer car la demande est en constante croissance, mais les ressources ne permettent pas de faire davantage », explique Ruiz. l’autre axe majeur est la narration orale, car « nous pensons que, lorsqu’on est plus jeune, il est plus facile d’accéder à la littérature ». Ce programme, essentiellement basé sur la conte oral, se déroule dans toutes les bibliothèques du réseau une fois par semaine et comprend également des événements ponctuels tels que le Marathon des contes, au cours duquel les plus grands conteurs sont réunis pour une journée, ainsi que l’École de Narration Orale, destinée aux parents et aux enseignants pour leur fournir les outils nécessaires pour lire à la maison à leurs enfants.

Enfin, la troisième catégorie de programmes est l’écriture, et comprend un ensemble d’ateliers de création littéraire proposés tant au public jeune qu’adulte. Une jeune observatrice regarde une présentation. FRANCISCO GONZÁLEZ Un moment très attendu chaque année dans ce centre est le Salon du livre pour enfants et jeunes, qui se tient en novembre, outre l’organisation d’une Foire du Livre, également organisée par le réseau des bibliothèques de Cordoue. Ces programmes comprennent également des présentations de livres, des rencontres avec des auteurs, des discussions et des débats, ainsi qu’un programme à ne pas manquer « Ne soyons pas complices » qui soulève la question de la violence domestique, dans le cadre d’une action conjointe avec le Conseil pour l’Egalité de la Municipalité. Tout cela indique que la Bibliothèque Centrale respire la vie et ne cesse d’être fréquentée ; à en juger par Ruiz, c’est bien l’objectif d’une bibliothèque publique. « Nos souhaitons, en plus de transmettre la culture, la littérature ou l’écriture à l’ensemble de la population, que la bibliothèque soit un espace de rencontres et de culture commune. Nous accordons beaucoup d’importance à l’espace physique, en particulier à une époque où la communication est si froide et si digitale, nous voulons qu’elle reste une continuation de l’espace public sur la place où elle se trouve. »
source : Diario Córdoba

A lire aussi

Qui sommes-nous ?

Bienvenue à « Escapade à Cordoue », votre portail pour découvrir la magnifique ville de Cordoue, en Espagne. Plongez dans une riche histoire, explorez des festivals animés, dégustez une cuisine exquise et profitez de notre expertise pour planifier votre voyage. Découvrez la Mosquée-Cathédrale, les patios fleuris, les délices culinaires et bien plus encore. Préparez-vous à vivre une expérience inoubliable dans cette ville chargée de charme et d’histoire andalouse.