mardi 28 mai 2024
Accueil » Esplendor Cinemas envisage l’ouverture du Cinéma Fuenseca cet été

Esplendor Cinemas envisage l’ouverture du Cinéma Fuenseca cet été

par María Fernanda González

Les trois cinémas en plein air du quartier historique de Fuenseca, Delicias et Olimpia, appartenant à Esplendor Cinemas, sont à vendre. Les héritiers de l’entreprise, fondée par feu Martín Cañuelo, sont en attente d’un acheteur ou peut-être d’un « collaborateur » pour poursuivre le legs de leur défunt oncle. En attendant, ils envisagent de rouvrir et de programmer des films cet été, même si ce n’est que dans l’un de leurs trois cinémas.

« Nous ne voulons pas que les Cordouans se retrouvent sans cinémas en plein air encore cet été », confie Ángel Cañuelo, neveu de Martín et héritier, tout comme son frère, de l’entreprise. Il met en avant le cinéma Fuenseca comme espace possible pour sa réouverture l’été prochain.

« Il semble y avoir une idée fausse selon laquelle ce sont les propriétaires qui ne veulent pas vendre », se plaint Cañuelo, résident à Londres, mais qui a à cœur de voir le précieux héritage de son oncle se perpétuer. Et il précise : « ce que nous ne voulons pas, c’est qu’ils tombent entre les mains de l’hôtellerie, mais nous serions plus que disposés à négocier et à parvenir à un accord avec la municipalité. Si elle est intéressée, nous ne pensons pas qu’il y ait un meilleur candidat ».

Ce qui se passe, c’est que la municipalité a déjà fait savoir, en public et en privé, qu’elle n’achètera ni ne prendra en charge les cinémas en plein air. Cependant, elle apporte son soutien à la famille Esplendor Cinemas, tant pour trouver un acheteur ou un collaborateur, que pour organiser des activités spécifiques dans les cinémas.

Bien qu’Ángel Cañuelo, tout comme une grande partie de la population de Cordoue, croie qu’une municipalité avec un surplus et des caisses plus que saines tels que ceux de la ville pourrait faire un effort de plus. « Gérer ces espaces n’est rien d’autre qu’une version simplifiée de ce que représente d’autres, comme le Gran Teatro ou le Teatro Góngora », réfléchit-il.

C’est pourquoi l’entreprise a également offert à la municipalité une cession d’utilisation d’une partie du cinéma Fuenseca tout au long de l’année, afin de pouvoir démarrer, de continuer à payer les dettes accumulées par les cinémas après une année de fermeture et de redonner vie à un de ces lieux historiques de la ville.

À ce jour, des mauvaises herbes de plus de deux mètres de haut, des plantes grimpantes hors de contrôle, des chaises et des tables en plastique empilées pleines de poussière, et certaines en bois probablement pourries en raison de leur exposition à la pluie, tel est l’état des quatre cinémas en plein air de Cordoue, car le Coliseo de San Andrés était également géré par Esplendor Cinemas. À peine deux mois avant la fin du mois de juin, date à laquelle la saison de projections en plein air avait l’habitude de commencer, c’est le paysage désolant que présentent les cinémas en plein air.

Un an après ce terrible 28 avril 2023, le fondu au noir qui a emporté Martín Cañuelo et a balayé son précieux héritage, c’est l’incertitude qui règne. Seule la population s’est mobilisée pour ne pas perdre ses cinémas en plein air et a remis à la municipalité plus de 5 000 signatures lui demandant un effort déterminé pour ouvrir ces espaces en juin. Les signatures ont été recueillies par le Forum pour l’Ouverture des Cinémas en Plein Air en 2024 (FAC24), composé de plusieurs organisations citoyennes, également chargées de rappeler le travail immense de Martín Cañuelo.

FAC24, composé par la Plateforme Citoyenne La Filmoteca restera à Medina et Corella, l’Association de Voisins de Fuenseca-Santa Marina-Orive et l’Association Culturelle Cine Cercano, a alors averti que la réouverture de ces espaces impliquait de mettre en place un plan de nettoyage des mauvaises herbes et une remise en état des systèmes de projection.

De même, en février de cette année, le collectif a officiellement demandé à la Junta de Andalucía de déclarer cette manifestation socio-culturelle comme Bien d’Intérêt Culturel (BIC), un titre qui accorderait une protection totale aux cinémas face à leur avenir incertain et les classerait comme espaces culturels.

Dans le document qu’ils ont présenté à la Délégation Territoriale de la culture du gouvernement andalou, ils ont rappelé qu’il revenait à cette délégation « de promouvoir et de traiter la déclaration des quatre cinémas en plein air comme Biens d’Intérêt Culturel, avec les garanties, la protection et les interventions publiques qu’ils impliquent ».

Le Conseil municipal de Cordoue lui-même, dans un accord institutionnel, à l’unanimité, du 19 octobre dernier, a indiqué « demander à la Junta de Andalucía de déclarer Bien d’Intérêt Culturel, tant les cinémas en plein air que nous avons actuellement dans la ville de Cordoue, que la collection accumulée par Martín Cañuelo tout au long de sa vie ; en assurant ainsi l’utilisation des biens meubles et immobiliers qu’il a protégés pendant des années et qui représentent une valeur ethnographique historique pour Cordoue à préserver ». Pour l’instant, aucune réponse n’a été donnée.

Votre contribution est très importante en ces temps où l’exercice du journalisme est menacé. Devenez membre, faites un don à Cordópolis et avec votre soutien, nous pourrons obtenir une société cordouane plus libre et mieux informée.

source : Cordópolis – Esplendor Cinemas estudia la apertura del Cine Fuenseca este verano

A lire aussi

Qui sommes-nous ?

Bienvenue à « Escapade à Cordoue », votre portail pour découvrir la magnifique ville de Cordoue, en Espagne. Plongez dans une riche histoire, explorez des festivals animés, dégustez une cuisine exquise et profitez de notre expertise pour planifier votre voyage. Découvrez la Mosquée-Cathédrale, les patios fleuris, les délices culinaires et bien plus encore. Préparez-vous à vivre une expérience inoubliable dans cette ville chargée de charme et d’histoire andalouse.