mardi 28 mai 2024
Accueil » Décès de Jaime de Armiñán, réalisateur, à l’âge de 97 ans

Décès de Jaime de Armiñán, réalisateur, à l’âge de 97 ans

par María Fernanda González

Un hommage au talentueux cinéaste Jaime de Armiñán

Le monde cinématographique a récemment perdu l’un de ses plus grands réalisateurs contemporains, Jaime de Armiñán (Madrid, 1927). Cet artiste passionné n’a jamais pris sa retraite et restera à jamais dans nos mémoires grâce à des films audacieux et insolites tels que "Mi querida señorita", "El nido" ou encore "El amor del capitán Brando". Nous ne pouvons également pas oublier sa série télévisée à succès "Juncal". A travers ses œuvres, il abordait des sujets sensibles tels que la transexualité, l’homosexualité, les amours impossibles et les émotions érotiques à l’adolescence. Il était également reconnu pour ses dénonciations cyniques de la manipulation, de l’égoïsme et du mensonge, ainsi que pour ses réflexions douces sur la vie et les sentiments, parfois teintées d’humour noir.

Un cinéaste courageux et intellectuel

Jaime de Armiñán était un cinéaste audacieux et avant-gardiste, qui utilisait tous les outils à sa disposition pour raconter ses histoires. Son dernier hommage public fut rendu le 9 février 2014, lorsqu’il reçut le Goya d’Honneur de l’Académie du Cinéma. Ses collègues l’ont ovationné debout alors qu’il prononçait ces mots : "Vive le cinéma espagnol!". Il a également exprimé son souhait de partir en musique, avec la chanson de "Juncal" en fond, chantée par le groupe "Vainica doble". Cela résume bien sa vie marquée par la télévision et l’amour pour son épouse, Elena Santonja, membre du duo musical le plus influent des années 70 en Espagne. Elena fut également une pionnière en animant la première émission culinaire à la télévision, "Con las manos en la masa", dans laquelle Jaime de Armiñán a également travaillé.

Une carrière prolifique et marquante

Avant de devenir réalisateur en 1969 avec "Carola de día, Carola de noche", mettant en vedette Pepa Flores et Tony Isbert, Jaime de Armiñán était scénariste. Ce n’est que lorsque son ami Adolfo Marsillach l’a pratiquement obligé à signer les œuvres auxquelles il avait collaboré en tant que "nègre" qu’il a commencé à prendre son métier au sérieux. Par la suite, il a réalisé des films inoubliables tels que "La Lola dicen que no vive sola" (1970) et "Mi querida señorita" (1971), avec un brillant José Luis López Vázquez dans le rôle principal. Ce dernier film fut non seulement le premier à aborder différentes formes d’amour et de sexualité, en l’occurrence la transexualité, mais aussi son passeport pour Hollywood. Il y retournera quelques années plus tard avec "El nido" (1980), également nominé pour le meilleur film en langue étrangère.

Parmi ses autres films marquants, on peut citer "El amor del capitán Brando", qui a remporté le prix de la Berlinale en 1974, "Jo, papá" (1975) avec Ana Belén en tête d’affiche, ou encore "Stico" (1985) dans lequel il transforme un impressionnant Fernando Fernán-Gómez en esclave volontaire. Dans les années 80, il a également réalisé "En septiembre" (1982), "La hora bruja" (1985) et "Mi general" (1987), puis dans les années 90 "El palomo cojo" (1995) et "Al otro lado del túnel". Entre-temps, il a également travaillé sur plusieurs séries télévisées, telles que "Primera función" ou "¿Se puede?".

Une reconnaissance méritée

Jaime de Armiñán était particulièrement fier de trois de ses œuvres, écrites en collaboration avec Narciso Ibáñez Serrador. Ensemble, ils ont remporté le Grand Prix de Montreux en 1968 pour "Historias de la frivolidad", basé sur leur abuela, ainsi que pour "Una gloria nacional". En 1988, Armiñán a également remporté un prix avec son ami Paco Rabal pour la remarquable série "Juncal".

Son dernier film, "14, Fabian road" (2008) mettant en vedette Ángela Molina, Ana Torrent et l’actrice argentine Julieta Cardinali, a été réalisé à l’âge de 81 ans. Il a ensuite concouru au Festival de Málaga. En 2014, l’Académie des Arts et des Sciences du Cinéma a décidé qu’il était temps de reconnaître sa "passion pour le cinéma" ainsi que sa capacité à "créer un cinéma engagé et loin des conventions". C’est pourquoi il a reçu le Goya d’Honneur. Il avait déjà reçu la Médaille d’Or des Beaux-Arts en 1985 et avait également obtenu une licence en droit, même s’il n’a jamais pratiqué. Jaime de Armiñán restera à jamais un bastion de la culture cinématographique espagnole.

source : El Día de Córdoba – Muere el director Jaime de Armiñán a los 97 años

A lire aussi

Qui sommes-nous ?

Bienvenue à « Escapade à Cordoue », votre portail pour découvrir la magnifique ville de Cordoue, en Espagne. Plongez dans une riche histoire, explorez des festivals animés, dégustez une cuisine exquise et profitez de notre expertise pour planifier votre voyage. Découvrez la Mosquée-Cathédrale, les patios fleuris, les délices culinaires et bien plus encore. Préparez-vous à vivre une expérience inoubliable dans cette ville chargée de charme et d’histoire andalouse.