mardi 18 juin 2024
Accueil » Critique de El rapto : à la poursuite du pape

Critique de El rapto : à la poursuite du pape

par María Fernanda González

L’affaire du petit Juif converti contre son gré

En 2023, le réalisateur italien Marco Bellocchio, âgé de 84 ans, présente son dernier film "El rapto" inspiré d’un fait réel survenu à Bologne en 1858. Ce film relate l’histoire d’un enfant juif, baptisé sans le consentement de ses parents, qui est kidnappé par l’Inquisition pour être converti de force au christianisme. Une histoire choquante, mais aussi très réaliste sur la manipulation des religions.

Un acteur majeur du cinéma italien

Marco Bellocchio est un réalisateur expérimenté qui a su marquer l’histoire du cinéma italien depuis les années 1960. Avec plus de 50 ans de carrière, il continue de surprendre et de passionner les spectateurs avec ses films engagés et pertinents. Dans "El rapto", il choisit de s’attaquer à un sujet délicat et de dénoncer les abus de pouvoir de l’Église catholique.

Le contexte historique

Le film se déroule dans la Bologne du XIXe siècle, une période où la ville est encore sous la domination des États pontificaux. À cette époque, la religion catholique est omniprésente et l’Inquisition est en charge de combattre tous ceux qui s’opposent à sa doctrine. C’est dans ce contexte que le protagoniste, un jeune garçon juif nommé Guido, est enlevé par des inquisiteurs et contraint à se convertir.

Le drame de la famille

Dans une scène poignante, on assiste à l’arrivée des inquisiteurs chez Guido et sa famille, qui sont déchirés par la douleur de voir leur enfant leur être arraché. Mais malgré leurs pleurs et leurs protestations, l’Inquisition ne fait preuve d’aucune pitié et emmène le petit garçon. Une image forte qui montre la force de l’Église à cette époque et l’impunité dont elle jouit.

La manipulation des religions

Marco Bellocchio dénonce à travers ce film la manipulation des religions et leur utilisation pour imposer leurs croyances et leurs valeurs aux autres. Pour l’Église catholique, Guido n’est pas un enfant juif, mais un enfant à convertir. Et pour cela, tous les moyens sont bons, même les plus violents et les plus immoraux. Le réalisateur ne pointe pas uniquement du doigt l’Église catholique, mais dénonce également toutes les religions qui ont recours à de telles pratiques.

Un film non manichéen

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, "El rapto" n’est pas un film manichéen qui oppose le bien au mal. Marco Bellocchio ne cherche pas à désigner un coupable, mais à montrer une réalité effrayante et à dénoncer l’abus d’un pouvoir aveugle et sans pitié. Cette approche plus nuancée et subtile rend le film encore plus intéressant et réaliste.

Des images fortes et troublantes

Dans une scène particulièrement marquante, Guido, enlevé sur une barque par les inquisiteurs, traverse une rivière embrumée qui évoque la mythique rivière Styx. Cette référence à la mythologie renforce la dimension tragique et irréelle de cette histoire. De plus, les cauchemars du pape Pie IX, qui voit des rabbins venir le circoncire, apportent une touche de mystère et de suspense à l’histoire.

Un film à ne pas manquer

Avec "El rapto", Marco Bellocchio nous offre un film poignant et puissant sur un sujet toujours d’actualité. À travers une mise en scène juste et des images troublantes, le réalisateur italien nous fait réfléchir sur les dérives des religions et les manipulations qui peuvent en découler. Un film à ne pas manquer pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire et à la société.

A lire aussi

Qui sommes-nous ?

Bienvenue à « Escapade à Cordoue », votre portail pour découvrir la magnifique ville de Cordoue, en Espagne. Plongez dans une riche histoire, explorez des festivals animés, dégustez une cuisine exquise et profitez de notre expertise pour planifier votre voyage. Découvrez la Mosquée-Cathédrale, les patios fleuris, les délices culinaires et bien plus encore. Préparez-vous à vivre une expérience inoubliable dans cette ville chargée de charme et d’histoire andalouse.